La production industrielle tunisienne enregistre une légère baisse de 0,1%

production industrielle tunisienne - L'économiste maghrébin

Au cours du mois d’août 2018, la production industrielle tunisienne  a enregistré une légère baisse de 0,1% affirme l’Institut national de la statistique, sur son site web.

L’institut a avancé que cette situation est due à  la baisse de la production dans le secteur des industries  manufacturières (-2,8%), suite à la baisse observée dans le  secteur de l’industrie mécanique et électrique (-2,7%), le  secteur de l’industrie chimique (-14,2%), le secteur de  fabrication d’autres produits minéraux non métallisés (-5,7%),  le secteur de l’industrie de papier et de l’édition (-7,0%), le  secteur de l’industrie textile habillement et cuir de (-3,1%), le secteur de l’industrie divers (-7,6%), le secteur  de production d’électricité et d’eau  (-7,1%)

Chute de la production industrielle tunisienne en chiffres

De même, la production a enregistré une baisse dans le  secteur de l’extraction des produits non énergétiques (- 5,7%) en raison de la baisse dans la production de phosphate brute. D’après les chiffres officiels, il s’agit de 387.3 mille tonnes au cours du mois d’août 2018 contre 407.9 mille tonne au cours de la même  période de 2017.

Par ailleurs, la même source affirme que  la production industrielle tunisienne  a enregistré une augmentation dans le secteur de l’extraction de produits  énergétiques (+26,8%) suite à la hausse observée dans la production du pétrole brute et le secteur du raffinage du  pétrole (+12,5%). La même source affirme que la production industrielle a enregistré une baisse  de 0,5% durant les huit premiers mois de l’année  2018.

Cette diminution est expliquée  par  la baisse  de la production dans le secteur de l’industrie chimique (-9,8%) suite à la baisse observée dans la  production de dérivées phosphatés, le secteur de  fabrication d’autres produits minéraux non métallisés (- 4,0%), le secteur du raffinage de pétrole (-29,1%), le secteur de l’extraction des produits non énergétiques (- 16,5%) en raison de la baisse observée dans la production de phosphate brut.

En ce qui concerne le phosphate, la même source parle de 2347.5 mille tonnes au  cours de huit premiers mois de 2018 contre 3229.0 mille tonnes au cours de la même période de 2017.

Quel avenir pour la production industrielle tunisienne ?

La production industrielle tunisienne  a enregistré  une augmentation dans le secteur de l’industrie agroalimentaire de 6,9% (suite à la hausse observée dans la production d’huile d’olive), le secteur de  l’industrie mécanique et électrique de 1,3%, le secteur  de l’industrie de textile-habillement et cuir de 0,7% et  le secteur de l’extraction des produits énergétiques de  3.1%.

La production industrielle a enregistré  une augmentation dans le secteur de l’industrie
agroalimentaire de 6,9% (suite à la hausse observée dans la production d’huile d’olive), le secteur de  l’industrie mécanique et électrique de 1,3%, le secteur  de l’industrie de textile habillement et cuir de 0,7% et  le secteur de l’extraction des produits énergétiques de  3.1%.

Malheureusement le secteur productif en Tunisie est menacé avec le recul de la production dans les industries extractive ( pétrole et phosphate) et manufacturière ( cuir et chaussure, IME, textile). La chute de la production du phosphate en est le meilleur exemple.  D’après des chiffres officiels, un ouvrier employé par la compagnie de phosphates de Gafsa produisait, avant 2011, 600 tonnes de phosphates par an. Cependant aujourd’hui, il ne produit que 60 tonnes par ans soit le 10ème. Dans l’intervalle, les salaires ont augmenté. Le nombre des agents  est passé de 5500 en 2011 à 25.000 actuellement.  De même, la CPG reste confronté aux mouvements sociaux.

Par ailleurs,  des sitinners occupent les locaux de l’usine d’engrais chimiques de Mdhilla dans le gouvernorat de Gafsa. Cette situation a causé le blocage de la chaîne de production pendant deux jours.  Les forces de l’ordre ont arrête neuf prestataires pour entrave à la liberté du travail.  Les jeunes arrêtés font partie d’un groupe de cinquante  demandeurs d’emploi. Ces jeunes revendiquent le recrutement au sein de la nouvelle unité du groupe chimique de Mdhilla.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here