Pénurie de médicaments : quand le ministre se veut rassurant

e-santé en Tunisie - l'économiste maghrébin

Le ministre de la Santé, Imed Hammami, a annoncé, sur les ondes radiophoniques, qu’un stock de 700 unités  de médicaments utilisés en chirurgie cardiovasculaire sont disponibles en Tunisie pour faire face à la pénurie de médicaments.

Cette déclaration vient pour rassurer les patients, les médecins en général et les cardiologues en particulier qui ont lancé un cri d’alarme sur la situation. Le ministre de la Santé a indiqué qu’environ 700 unités de médicaments sont disponibles. Actuellement, le stock est à la douane et ne devrait pas tarder arriver à la Pharmacie centrale avant d’être distribué dans les hôpitaux et les cliniques.

Cependant, le ministre a suggéré qu’il faut faire une distinction entre pénurie  et manque d’approvisionnement. Toujours est-il que la panique auprès de l’opinion publique a atteint son paroxysme lorsque, récemment, l’on a annoncé que le Sulfate de Protamine, médicament indispensable et incontournable pour les opérations à cœur ouvert, était en rupture de stock à la Pharmacie centrale. L’Association Tunisienne de Chirurgie Thoracique Cardiaque et Vasculaire  était montée au créneau pour exiger des autorités compétente en urgence. Quant aux dettes de la Pharmacie centrale, elles seront rééchelonnées, a informé le ministre, ajoutant que la Pharmacie centrale ne manquera pas de trouver un arrangement avec les partenaires et les fournisseurs.

Quand la pénurie de médicaments gagne du terrain

Malgré les dénis des personnalités politiques et des décideurs,  les réseaux sociaux ne cessent d’enregistrer des appels pressants de citoyens à la recherche de médicaments passés aux abonnés absents et il ne s’agit pas d’un petit nombre de médicaments disparus des étalages des pharmacies et autres officines.

Certains ont dû recourir à leurs parents et amis résidents en Europe pour se procurer les médicaments qu’ils n’ont pu trouver sur place. En conclusion, la panique gagne du terrain chez les patients et les médecins malgré les propos rassurants du ministre de la Santé publique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here