Cigarettes : des micros perforations pour tromper les contrôles ?

cigarettes tabac

Copyright : VIDAL/SIPA

Les fabricants de tabac n’en sont pas à leur dernier tour de passe-passe  pour  présenter leur marchandise comme inoffensive ou à risque réduit pour la santé. Après les cigarettes light qui en réalité ne le sont pas, c’est au tour du filtre des cigarettes d’être intentionnellement manipulé de manière à réduire la teneur en goudron et en nicotine lors des tests de contrôle.

Il s’agit de l’objet de plainte déposée par le Comité national contre le tabagisme (CNCT) en France contre quatre grands fabricants de cigarettes .

Les enquêtes ont en effet révélé un procédé de manipulation des filtres de cigarette par les fabricants de tabac, dans lesquels de minuscules trous sont réalisés de manière à falsifier les tests des caractéristiques des cigarettes. Un procédé méconnu qui a permis de « faire baisser » les taux de nicotine et de goudron contenus dans les cigarettes lors de tests de laboratoire.

Le Comité national contre le tabagisme (CNCT) estime ainsi qu’ « un tel système de ventilation invisible trompe les fumeurs puisqu’ils ignorent l’ampleur réelle du risque qu’ils prennent en croyant, à tort, qu’ils inhalent une certaine quantité de produits dangereux alors que les doses qu’ils absorbent sont supérieures à celles qui leurs sont indiquées ».

Pourquoi s’agit-il d’un tour de passe-passe ? La raison est qu’il s’agit d’une simple manipulation des filtres et non pas un système de ventilation à part entière permettant « d’alléger » les cigarettes , car en condition réelle les micro perforations réalisées dans les filtres sont bouchées soit par la bouche du fumeur ou ses doigts, le goudron et la nicotine sensés s’échapper, sont acheminés dans les poumons.

« Cette tromperie délibérée des pouvoirs publics et des consommateurs avec mise en danger aggravée de ceux-ci signifie concrètement qu’un fumeur qui pense fumer un paquet par jour en fume, en fait, l’équivalent de 2 à 10. Tous les fabricants de tabac sont concernés. Des procédures similaires ont été lancées ou sont en cours dans d’autres pays, pouvant impliquer des associations de malades » estime le CNCT.

Ce n’est pas un hasard si les dégâts causés par la cigarette soient si importants, l’OMS estimant que la consommation de tabac est l’une des plus graves menaces qui ayant jamais pesé sur la santé publique mondiale, avec plus de 7 millions de victimes décédées chaque année.

Il s’agit de renforcer la lutte contre le tabac, car toutes les moyens sont bons pour rendre les consommateurs encore plus accrocs.

Par

Publié le 10/02/2018 à 11:58

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin