CNOM : 45% des médecins inscrits à l’ordre en 2017 ont quitté le pays

Que faut-il penser de la fuite des cerveaux des médecins? Qui sont les concernés? Le chiffre est alarmant: 45% des médecins nouveaux inscrits ont quitté  le pays. Telle est l’annonce faite par Nezih Zghal, le secrétaire général de l’Ordre national des médecins sur les ondes radiophoniques.

La question essentielle est de savoir quelles conclusions on peut en tirer. Selon le secrétaire général de l’Ordre national des médecins (CNOM), le départ des jeunes médecins est compréhensible,” pour la simple raison est qu’ils ne voient aucune issue à leur avenir ni dans le secteur public, ni dans le secteur privé”, a-t-il indiqué.

Revenant sur ce taux de 45%, qui nuit gravement à l’image du pays mais aussi à la réussite professionnelle, M. Zghal a rappelé qu’en l’espace de cinq ans, ce chiffre a plus que quadruplé. “On est passé de 9% de jeunes médecins ayant quitté le pays en 2012 à 45% en 2017. Mais plus encore, cette flexion a été enregistrée à partir de 2014″, a-t-il fait savoir. Et de poursuivre: “D’ailleurs,  ce ne sont plus les jeunes qui quittent mais aussi les moins jeunes, des médecins expérimentés, qui se dirigent vers le privé ou vers les pays du Golfe, parce que l’Etat est incapable de les payer convenablement.”

Le secrétaire général du CNOM a également ajouté: “Il est difficile de demander aux jeunes médecins de rester dans les hôpitaux déficitaires n’offrant aucune alternative aussi bien pour les médecins que pour les patients.”

Rappelons qu’après les dernières mesures sociales dont la couverture médicale gratuite, à travers des cartes des soins accordées par le ministère des Affaires sociales, M. Zghal a répondu: “Je ne vois pas comment les hôpitaux pourront absorber un aussi grand nombre incluant les chômeurs et les non-chômeurs, avec une CNAM qui n’honore pas ses engagements vis-à-vis de l’hôpital public.  

La découverte d’un nouvel Eldorado, les nouvelles perspectives économiques, des carrières prometteuses, une estime de soi, les raisons de l’émigration des médecins sont facilement mesurables. C’est devenu une question récurrente, comme les conditions offertes à l’étranger qui attirent de plus en plus un grand nombre d’entre eux. 

Par

Publié le 17/01/2018 à 22:58

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin