Allocations sociales : les nouvelles mesures

Allocations sociales

Intervenant sur les ondes radiophoniques, le ministre des Affaires sociales Mohamed Trabelsi est revenu sur le projet de loi relatif à la sécurité sociale. 

Mohamed Trabelsi a fait savoir que le projet de loi relatif à la sécurité sociale a été déposé à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) depuis le mois de novembre 2017. “Ce projet de loi s’inscrit dans le cadre du discours du Chef du gouvernement Youssef Chahed, en date du mois d’avril 2017, où il a appelé à mettre en place une stratégie nationale pour la lutte contre la pauvreté et pour une meilleure inclusion sociale“, dit-il.

Le ministre s’est félicité de ce nouveau cadre juridique en matière de lutte contre la pauvreté et lutte contre l’exclusion sociale. Dans le même contexte, il a affirmé que les dernières protestations étaient une occasion pour annoncer ce projet de loi. Le projet de la loi sur la sécurité sociale se base sur trois axes, à savoir : la garantie d’un salaire minimum et durable pour les familles nécessiteuses, une couverture sociale globale et un logement décent.

Par ailleurs, le ministre a indiqué qu’une équipe ministérielle œuvre sur un certain nombre de propositions qui portent sur l’emploi. Interpellé sur la révision du SMIG, Mohamed Trabelsi a indiqué que la hausse du SMIG ne peut se faire sans concertation avec l’UTICA. Dans ce contexte, il a rappelé que les négociations sociales sont prévues pour le mois d’avril 2018.

De quelles allocations sociales parle-t-on ?

La Tunisie compte 250 mille familles nécessiteuses dont la plupart des membres sont au chômage. Le ministre a indiqué que ces familles percevaient jusqu’à 2010 une allocation sociale mensuelle de 70 dinars qui a été augmentée en 2017 à 150 dinars, la gratuité des soins et dix dinars pour chaque enfant scolarisé.

Le chef du gouvernement a ordonné de revoir à la hausse le montant à 180 dinars, avec dix dinars pour chaque enfant scolarisé. L’allocation de dix dinars sera doublée pour les enfants à besoins spécifiques. L’allocation familiale atteindrait maximum 240 dinars par mois avec une carte de soin à tarif réduit. La gratuité des soins ciblera aussi les chômeurs et prendra fin dès l’affiliation à la CNSS ou à la CNRPS.

En outre, pour aider les familles à faibles revenus à acquérir un logement, le ministre a affirmé que ce projet de loi prévoit aussi la création d’une caisse pour garantir les prêts immobiliers. 120 mille personnes sont concernées par cette procédure.

S’agissant des récents mouvements de protestations sociales, Mohamed Trabelsi a souligné qu’en temps de crise, il faut accélérer les réformes qui ne font pas toujours l’unanimité. Le ministre a fait savoir qu’il a été surpris par les actes de pillage.

Par

Publié le 15/01/2018 à 16:48

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin