L’incendie au port de Radès serait-il criminel ?

Drôle de coïncidence celle qui s’est produite aujourd’hui au port de Radès : à peine le Chef du Gouvernement, en visite au port, a-t-il quitté les lieux, qu’un incendie s’est déclenché dans un dépôt douanier.

Après la visite inopinée effectuée par le Chef du Gouvernement Youssef Chahed au port commercial de Radès, un incendie s’est déclenché dans un dépôt sous douane situé à proximité.

Contenant des pneus interdits à l’importation, ainsi que du matériel électroménager et des vêtements de luxe, le dépôt destiné à alléger l’encombrement des marchandises dans le port et qui est soumis à la gestion douanière, est la propriété d’une société de transit tuniso-française installée dans la région.

D’ailleurs les décisions qui ont émané, immédiatement après la visite de Youssef Chahed, laissent perplexe à propos de la nature de cet incendie. En effet, il a été décidé, à la suite à cette visite, de démettre de leurs fonctions 21 douaniers de différents grades occupant des postes sensibles au port et de déférer 35 autres devant le Conseil d’honneur du corps des douanes.

Serait-ce un moyen pour camoufler certains crimes, devenus ces dernières semaines un sujet fortement médiatisé et couvrir des douaniers suspendus de travail et menacés de graves sanctions ? Les prochains jours nous le diront.

Cependant, une chose est sûre : le port commercial de Radès, au lieu d’être l’un des piliers permettant de promouvoir l’économie et le commerce tunisien, est devenu depuis des années la gangrène de cette économie. Pas uniquement pour le fait des affaires de corruption qui entachent ce port, mais aussi pour d’autres préjudices qu’il apporte à cette économie encore en panne.

D’ailleurs, pas plus tard que la semaine dernière, le ministre des Finances par intérim, Fadhel Abdelkéfi, s’exprimant devant l’Assemblée des représentants du peuple, a constaté amèrement que des bateaux commerciaux évitent d’accoster au port à cause de la lenteur des services fournis causant un préjudice à ces transporteurs. Cette médiocrité des services a relégué le port à un rang au-dessous de la moyenne par rapport aux autres ports méditerranéens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here