Santé : la dégradation n’épargne ni le public ni le privé

Qu’il soit public ou privé, le secteur de la santé connaît une dégradation inquiétante, déclare Habiba Mzouni, secrétaire générale du Syndicat des médecins, médecins- dentistes et pharmaciens hospitalo-universitaires (SMMDPHU).

Pour elle l’essor du secteur de la santé rime avec développement. Cependant, elle a indiqué l’existence de la corruption au ministère de la Santé  qui touche tous les niveaux. Dans le même contexte, elle a fait savoir que le syndicat dispose d’un certain nombre de dossiers liés à la corruption.

Elle a précisé, par ailleurs, l’existence, d’un certain nombre de lois ayant facilité la corruption et surtout l’absence de réformes. «  Dans le secteur de la santé, des lobbies exercent une grandes influence », affirme-t-elle.

la carte sanitaire 2015 n’est pas sans dévoiler que les gouvernorats de Sidi Bouzid, Kasserine et Kairouan ont un taux d’équipement en lits hospitaliers publics très inférieur à la moyenne nationale. Pour Sidi Bouzid (101), Kasserine (122) et Kairouan (124) alors que la moyenne est de 184 lits.

Les équipements lourds de santé sont dans leur grande majorité dans les établissements privés ainsi que 80% des IRM,  74% des scanners  et 71,80% des installations de cathétérisme cardiaque.

[raside number=”3″ tag=”santé”]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here