Plus d’un milliard d’hypertendus à travers le monde en 2015

Blood pressure measuring. Doctor and patient. Health care.

Il est connu que le nombre de personnes  hypertendues est en augmentation, et ce, malgré la mobilisation engagée contre cette maladie.  Les personnes souffrant d’hypertension artérielle seraient au nombre d’un milliard, un chiffre impensable quelques décennies auparavant, qui reflète l’incapacité actuelle à endiguer cette épidémie.

En l’espace de quatre décennies seulement, le nombre d’adultes atteints d’hypertension artérielle est passé de  594 millions en 1975 à 1,13 milliards en 2015. Cette augmentation n’est pourtant pas homogène dans le monde.  Celle-ci touche principalement  les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. Parmi les causes qui expliquent cette augmentation, la croissance démographique, le vieillissement des populations et une diminution de la prévalence de l’hypertension artérielle liée à l’âge.

Ces résultats émanent de l’analyse de 1479 études auprès de 19,1 millions d’adultes, à travers 200 pays du monde, entre 1975 et 2015. L’évaluation s’étant basée sur l’étude de la fluctuation des chiffres tensionnels en fonction des changements démographiques, en termes de taille relative des populations et leur structure selon l’âge.

L’étude, publiée dans la revue The Lancet, montre une diminution des chiffres moyens de la pression artérielle dans les pays  occidentaux et d’Asie-Pacifique.

En revanche,  une nette augmentation a été observée dans les populations d’ Asie de l’Est et du Sud-Est, en Asie du Sud, en Océanie et en Afrique subsaharienne. En 2015, les pays d’Europe centrale et orientale, d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud avaient les taux de pression artérielle les plus élevés.

Ainsi les auteurs de l’étude déclarent : « Nos résultats soulignent qu’une réduction drastique de l’incidence de l’hypertension artérielle est possible, comme le montrent les progrès réalisés dans les pays riches ». Le Pr Majid Ezzati, de l’Imperial College de Londres, principal auteur de l’étude, affirme en effet que  « des réductions substantielles de la tension artérielle » seraient « possibles » à l’avenir dans les pays pauvres.

La bonne nouvelle est que la Tunisie est parmi les pays chez lesquels une amélioration des chiffres de la tension artérielle a été observée , durant la période entre 1975 et 2015, en espérant que cette tendance se maintienne et que l’on puisse constater une amélioration similaire pour le diabète.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here