Le prochain chef de gouvernement doit être l’homme de consensus

ridha sidaoui - l'économiste maghrebin

Pour le politologue Riadh Sidaoui, le prochain chef du gouvernement doit maîtriser les dossiers économiques.

Commentant le bilan du gouvernement  Habib Essid, Riadh Sidaoui a estimé,  dans une déclaration à www.leconomistemaghrebin.com,  que le gouvernement  sortant a réalisé des réussites au niveau sécuritaire : la sécurisation de la saison touristique et  le fait qu’il n’ y ait pas eu d’attentat pendant tout le mois de Ramadan.

Toutefois,  son bilan est négatif au niveau économique. Selon notre interlocuteur cela se manifeste par : l’augmentation du taux de chômage, la régression, des capitaux étrangers et la dégradation du pouvoir d’achat des Tunisiens.

Commentant les appels de certains à tenir des élections législatives anticipées «  pour résoudre la crise », le politologue tunisien a indiqué que la tenue d’élections législatives anticipées ne peut se justifier qu’en cas d’incapacité à former un nouveau gouvernement ou en cas de dissolution du Parlement décidée par le Président de la République.

À notre question relative au profil de la personnalité qui va remplacer Habib Essid, Riadh Sidaoui a indiqué que la Tunisie a besoin d’un homme de consensus,  politique et capable de s’attaquer aux dossiers urgents.

Pour lui le prochain chef de gouvernement doit s’occuper du volet socio-économique  surtout «  que la révolution tunisienne  est une révolution à caractère social mais elle a sombré vite dans le néo-libéralisme américain et non la démocratie sociale à la française », regrette-t-il.
Par ailleurs, Riadh Sidaoui rejette l’idée que le temps que prendront les concertations autour du profil du prochain gouvernement ouvrira la porte au terrorisme à nouveau. A cet égard, il a rappelé que la coalition gouvernementale demeure forte et même en cas de crise le retour au parlement s’impose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here