Etalages anarchiques : on n’est pas encore sorti de l’auberge

Le problème des étals anarchiques sur le Grand Tunis est une plaie béante pour les commerçants riverains et l’environnement en général et à laquelle les autorités peinent à lui  trouver une solution viable, affirme le président de l’Union régionale de l’UTICA de Tunis, Abdelmonem Fitouri, dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com.

Malgré les promesses et les campagnes menées par la police municipale,  la situation demeure la même pour ne pas dire qu’elle s’est empirée,  d’après notre interlocuteur. Dans le même contexte, il a affirmé que les pertes ne cessent de s’accumuler pour les commerçants. «  Avec le début de la période des soldes, la tension est palpable chez  les commerçants », affirme-t-il.

De plus,  les commerçants estiment que la période choisie par le ministère du Commerce allant du 15 juillet au 15 août n’est pas la bonne période étant donné qu’elle vient après le mois de Ramadan où les consommateurs ont déjà  beaucoup dépensé.
L’UTICA a depuis longtemps attiré l’attention des autorités sur le danger que représente le commerce informel. En chiffres, il représente plus de 60% de pertes en termes de profit pour les commerçants en général.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here