Je n’ambitionne pas de devenir chef du gouvernement

Slim Chaker

Jusqu’à aujourd’hui, les ventes des biens confisqués ont généré 175 millions de dinars, affirme Slim Chaker, ministre des Finances, lors de son passage en direct sur Radio Med.

Il a rappelé que la loi de finances 2016 prévoit une somme de 200 millions de dinars qui seront générés à partir de la vente des bien confisqués. Ainsi le ministre a considéré que la réalisation des objectifs a connu une avancée malgré toutes les difficultés.

Revenant sur les difficultés qu’il a rencontrées lors de sa gestion du dossier des avoirs confisqués, le ministre a affirmé qu’il ne reçoit pas souvent les dossiers complets et qu’il ne peut pas dépasser le rôle du ministère de la Justice dans l’affaire. Par ailleurs, le ministre a indiqué que tout se fait dans le cadre de la transparence, raison pour laquelle il a tenu plusieurs réunions avec les représentants de la société civile et les journalistes, afin de leur exposer la situation du dossier.

Répondant à une question qui porte sur le projet de loi, encore en discussion à l’ARP, sur le secteur bancaire, le ministre a démenti l’information selon laquelle en cas de faillite la banque n’est pas obligée de rembourser ses clients. Par contre, il a indiqué qu’il est prévu, dans le cadre du même projet de loi, la création du fonds de garantie pour rembourser les clients en cas de faillite de la banque.

Le fonds en question sera financé par les cotisations des banques. Le ministre a fait savoir qu’il aura une réunion avec la commission des consensus qui porte sur le rôle du fonds de garantie.

Interpellé par l’animateur sur le fait de savoir s’il veut devenir chef du gouvernement ou non, le ministre a répondu par la négative : « Non, ce n’est pas mon objectif », dit-il clairement. Et de nuancer tout de suite : « Cependant, si on me le propose, on verra le jour J ».

Sur un autre volet, le ministre a indiqué qu’il est prévu que l’ARP valide une « proposition  choc » menée par le gouvernement, à savoir Zéro taxe et impôt durant cinq ans pour les Tunisiens voulant investir dans les régions intérieures, les « zones de développement régional ». L’objectif principal de la proposition est le retour des investisseurs dans les zones reculées.

[raside number= »3″ tag= »Slim Chaker »]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here