Entrepreneuriat : le manque d’accompagnement, le maillon faible

manque d'accompagnement

Samir Bechouel, le Directeur Général de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII)  a indiqué lors de l’ouverture de la Rencontre annuelle avec les directeurs des Ecoles des ingénieurs que toutes les formes d’accompagnements pour les jeunes entrepreneurs se focalisent sur l’étape de pré-création et ne suit pas l’entrepreneur jusqu’à la fin du projet.

Quand le projet voit le jour, l’entrepreneur ne trouve personne à ses cotés pour les prochaines étapes. Dans le même contexte, il a souligné l’importance de l’incubateur comme moyen aidant l’entrepreneur à bien élaborer son plan d’affaire et le mener à bien.

Il a indiqué, par ailleurs, que l’avenir de l’industrie réside dans l’innovation et ce pour relever le défi de la compétitivité et de la concurrence. Et de rappeler que l’innovation est l’un des piliers de la croissance en Tunisie.

Tous les efforts fournis par les structures concernées se focalisent sur l’étape de la pré-création « cependant, il n’existe pas d’études qui l’affirme » nuance-t-il. Et de regretter l’absence de l’accompagnement pendant l’étape de post-projet.

L’absence d’accompagnement post-création engendre un taux considérable d’échec pour les PME en Tunisie. Ainsi, il a recommandé que l’opération de l’accompagnement doit cibler toutes les étapes du projet.

Par la même occasion, Samir Bechouel a annoncé qu’il est prévu de signer une convention entre l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation et la direction générale des études technologiques (DGET) relative à la création et au renforcement des incubateurs dans les écoles d’ingénieurs. Ainsi, les élèves ingénieurs comprendront l’écosystème à travers les incubateurs.

Revenant sur les pépinières d’entreprises, le Directeur Général de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation a souligné leur rôle important « malgré quelques lacunes »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here