«Les fraudes électorales sont commises la nuit, dans des lieux clos»

©REUTERS/Anis Milii

Un agent de bureau de vote coûte 120 dinars par jour en Tunisie et 100 euros à l’étranger, a indiqué le président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections ( ISIE ), Chafik Sarsar, en précisant que les têtes de listes et les candidats aux élections législatives peuvent faire objection concernant un agent s’ils prouvent qu’il n’est pas neutre.

D’autre part, 1487 PV d’avertissement ont été rédigés pour fraudes électorales et 998 avertissements ont été adressés jusqu’au 15 octobre, a annoncé M. Sarsar lors d’une rencontre tenue hier, jeudi 16 octobre à la Faculté de Droit et des Sciences politiques à Tunis.

Le président de l’ISIE a par ailleurs souligné que l’Instance a soumis 19 autres affaires à la Justice, affaires passibles d’une amende ou d’une peine de prison.

Dans le cadre de dépassements, a expliqué Chafik Sarsar, l’ISIE intervient à trois niveaux : une intervention rapide pour stopper les dépassements, en adressant des avertissements ; la saisie de la justice ; l’annulation des listes gagnantes des élections en cas de preuve de dépassements commis pouvant entraver la crédibilité du processus électoral.

« Ces infractions sont généralement commises le soir, dans des lieux clos », a-t-il déploré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here