Monsieur Je-Sais-Tout arrive

Il n’a pas son pareil pour généraliser et faire des extrapolations. Et il lui arrive de s’obstiner, de vous tenir tête. Et de démolir un à un les arguments que vous présentez.

Difficile de ne pas rencontrer ce Tunisien-là. En effet, il fleurit au fur et à mesure que les élections approchent. Tout le monde finit par tracer en quelques traits son portrait-robot.  Il va s’imposer de toute façon à vous dans tous les espaces publics. Dans les cafés et salons de thé, dans les restaurants, mais aussi dans les transports publics. Car, il va s’inviter dans les discussions après avoir tendu un moment l’oreille pour savoir de quoi il en retourne.

Notre homme est du reste entreprenant: il a son mot à dire sur tout, un avis ou un commentaire concernant tout, mais aussi des informations. Il est manifestement dans le secret des dieux. Vous l’avez compris, rien ne peut lui échapper pour ces élections qui s’annoncent. Rarement il ne se déplace sans un journal sous le bras. Et sans les écouteurs de son téléphone portable skotché à l’actualité du jour.

Personne ne peut deviner comme lui ce qui se passera les 26 octobre et le 23 novembre 2014. Personne comme lui ne peut imaginer ce qui se passera non seulement à l’échelle de tout le pays, mais aussi dans toutes les circonscriptions du pays.

Nidaa Tounes va obtenir tant de pour cent de voix, Ennahdha obtiendra, quant a lui, tel autre pour cent et idem pour Al Joumhouri,…”, prédit-il. D’un trait notre homme dessine, séance tenante, la future carte politique du pays.

Bien plus, il vous expliquera les alliances de demain. Tel parti va s’allier avec tel autre. Et tel parti ne fera pas alliance avec tel autre parti.

Heureusement qu’il ne tient pas de chronique dans la rubrique des sports hippiques

Avec lui, la politique c’est de toute manière simple. Même très simple. Mais lorsqu’on gratte un peu le vernis qu’il étale, on découvre très vite que rien n’est aussi cohérent et explicite chez lui. Ses “analyses” ne reposent sur rien de solide. De simples impressions après avoir bavardé avec un chauffeur de taxi, avec un cousin qui travaille au ministère de… Ou encore avec un voisin, originaire d’un gouvernorat du Centre d’où est partie la Révolution. En fait, rien que des approximations, un bric-à-brac, un capharnaüm de mensonges, … Et surtout notre homme n’a pas son pareil pour généraliser et faire des extrapolations. Il lui arrive même de s’obstiner, de vous tenir tête. Et de démolir un à un les arguments que vous présentez. Car l’homme est sûr de lui et dominateur.

Une chose est sûre: après l’avoir longuement écouté, on se dit heureusement qu’il ne tient pas de chronique dans la rubrique des sports hippiques d’un quotidien de la place. Car, à ce moment-là, aucun des chevaux qu’il conseille ne risque de gagner.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here