Union européenne : une stratégie globale de sécurité maritime prévue pour juin prochain

emigration clandestine

Réunis les 14 et15 Avril 2014  au Luxembourg, les ministres des Affaires étrangères européens ont traité des principaux axes de la politique étrangère de l’Union, dont notamment l’avancement dans l’élaboration d’une stratégie commune de sécurité maritime. En présence de Catherine Ashton, la Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, le conseil de l’Union européenne a traité une communication en provenance de la Commission européenne intitulée «For an open and secure global maritime domain: elements for a European Union maritime security strategy» (Pour un domaine maritime mondial ouvert et sûr: éléments en vue d’une stratégie de sécurité maritime de l’Union européenne).

Elaborée au mois de mars dernier, la communication de la Commission décline les grandes lignes de la stratégie commune dont devra se doter l’Union européenne. Cette stratégie a en effet pour but de « recenser les centres d’intérêt de l’UE dans le secteur maritime, tels que la prévention des conflits, la protection des infrastructures critiques, le contrôle efficace des frontières extérieures, la protection de la chaîne de soutien aux échanges internationaux et la prévention de la pêche illicite, non réglementée et non déclarée. Elle détaille les multiples risques et menaces auxquels l’UE et ses citoyens peuvent être exposés: litiges territoriaux, piraterie, actes terroristes contre des navires, des zones portuaires ou d’autres infrastructures critiques, criminalité organisée et trafics, sans oublier les incidences potentielles de catastrophes naturelles ou d’événements extrêmes. »

Dans le document de la communication, qui s’étale sur 13 pages, la migration, qui fait des milliers de victimes chaque année aux frontières du Vieux Continent, n’est mentionnée qu’une seule fois, où elle est juxtaposée à la piraterie et au trafic de drogue.  Plusieurs mentions, par contre, des agences de sécurité comme l’agence Frontex, qui devrait selon les Européens bénéficier de plus de ressources et de capacité de la part des 23 pays côtiers de l’Union. Plus de coordination législative est par ailleurs requise de la part de ces pays qui recourent de plus en plus aux services armés privés (Privately Contracted Armed Security Personnel (PCASP), a ainsi préconisé la Commission.

Le travail sur la communication de la Commission devrait continuer dans les semaines à venir. Le Conseil européen prévoit d’approuver la stratégie globale les 26 et 27 juin prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here