FMI – BM : nouvelle mise en garde contre le risque croissant de récession mondiale

BM FMI

Les institutions citent l’inflation continue et les taux d’intérêt élevés de la Banque centrale américaine comme facteurs de pression sur les pays en développement. Les dirigeants du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale ont mis en garde hier contre le risque croissant d’une récession mondiale alors que les économies avancées ralentissent et que l’inflation continue oblige la Réserve fédérale à continuer d’augmenter les taux d’intérêt, ce qui augmente la pression de la dette sur les pays en développement.

Aux États-Unis, la plus grande économie du monde, le marché du travail est toujours très solide mais s’essouffle. Car l’impact de la hausse des coûts d’emprunt “commence à se faire sentir”, a déclaré la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

La zone euro ralentit à mesure que les prix du gaz naturel montent en flèche, tout comme la Chine en raison des perturbations de Covid-19 et de la volatilité du secteur immobilier.

Le FMI estime aussi qu’environ un tiers de l’économie mondiale connaîtra au moins deux trimestres consécutifs de contraction cette année et l’année prochaine, et que la production perdue jusqu’en 2026 sera de 4 000 milliards de dollars.

La pauvreté, la faim, l’éducation sont quelques-uns des domaines qui se sont aggravés

Dans le même temps, les décideurs politiques ne peuvent pas laisser l’inflation être un “train fou”, a déclaré Georgieva lors d’un événement virtuel qui a donné le coup d’envoi des assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale. “Si vous n’en faites pas assez, nous aurons des problèmes.”

Selon elle, le soutien budgétaire doit être bien ciblé. Et ce, afin qu’il n’alimente pas l’inflation, et que le monde doit aider les économies émergentes et en développement particulièrement touchées par le durcissement des conditions financières.

Le président de la Banque mondiale, David Malpass, s’exprimant aux côtés de Georgieva, a averti qu’il existe un “danger réel” d’une contraction mondiale l’année prochaine. La force du dollar affaiblit les devises des pays en développement, augmentant leur dette à des niveaux “lourds”, a-t-il déclaré.

Lors d’un événement ultérieur, Georgieva a déclaré que le FMI estime qu’il y a un déficit de 9 milliards de dollars dans la couverture de la balance des paiements pour les pays à revenu intermédiaire et faible. La création par le Fonds le mois dernier d’une “fenêtre de choc alimentaire” de financement d’urgence aidera à répondre à ces besoins, a-t-il déclaré.

Les surtaxes sous la loupe

Lors d’une large conversation avec des représentants de groupes de la société civile, Georgieva s’est dite encouragée par la dernière discussion du conseil d’administration du FMI sur la révision des quotas ou la mise à jour des actions du Fonds pour donner plus de voix aux économies émergentes. Ce processus devrait être achevé d’ici décembre 2023, et Georgieva a déclaré qu’il était important de maintenir la crédibilité du Fonds.

Georgieva a également déclaré que le FMI discutera des surtaxes – les commissions prélevées sur les pays qui utilisent largement les lignes de crédit du créancier – en décembre.

Les surtaxes incitent les pays à revenu intermédiaire à éviter les emprunts excessifs, a déclaré Georgieva.

Rappelons ici que certains pays en développement et le prix Nobel Joseph Stiglitz ont défendu leur suppression, affirmant qu’elles imposaient un coût injuste aux pays en difficulté.

Article précédentL’UTICA et l’UGTT se mettent à deux pour le dialogue social
Article suivantL’OTE appelle à amender la loi n°2018-35 portant sur la responsabilité sociétale des entreprises

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here