OPEP: La production atteint en septembre son plus haut niveau depuis 2020

OPEP

La production de pétrole de l’OPEP a augmenté en septembre pour atteindre son plus haut niveau depuis 2020, dépassant la hausse promise pour le mois, après que la production en Libye s’est remise des perturbations et que les membres du Golfe ont augmenté la production dans le cadre d’un accord avec des alliés, selon une enquête de Reuters publiée vendredi.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a pompé 29,81 millions de barils par jour (bpj) en septembre, selon l’enquête, en hausse de 210 000 bpj par rapport à août et au plus haut depuis avril 2020.

L’OPEP et ses alliés, un groupe connu sous le nom d’OPEP+, ont augmenté la production pendant des mois pour annuler les coupes opérées en 2020. Mais avec l’affaiblissement des prix du pétrole dans un contexte de crainte de récession, le biais s’est déplacé vers les coupes pour octobre et l’OPEP+ devrait resserrer davantage l’offre lors d’une réunion mercredi.

“Des pourparlers sont en cours avec un certain soutien pour une réduction de moins d’un million de bpj”, a déclaré une source de l’OPEP+.

Leur décision pour septembre prévoyait une augmentation de 100 000 bpj par rapport à l’objectif de production du groupe, dont environ 64 000 bpj devaient provenir des 10 pays participants de l’OPEP.

La Libye, l’Arabie saoudite et le Nigeria sont en tête de l’augmentation de la production

L’OPEP a réussi à dépasser les attentes avec une augmentation de 130 000 bpj par les membres participants à partir d’août et une hausse de 210 000 bpj par les 13 producteurs, selon l’enquête. Pourtant, l’OPEP pompe toujours beaucoup moins que prévu.

La production des 10 membres était inférieure de 1,32 million de bpj à l’objectif de septembre, contre un déficit de 1,4 million de bpj en août.

L’Arabie saoudite, premier exportateur, a augmenté sa production de 50 000 bpj. Elle a atteint son objectif de 11 millions de bpj, selon l’enquête.

La Libye, l’un des membres exemptés des accords de production de l’OPEP, et le Nigeria ont chacun augmenté l’offre du même volume.

La production libyenne s’est encore redressée après les perturbations et les transporteurs de pétrole ont noté une augmentation des exportations nigérianes.

La production de l’Irak, deuxième producteur de l’OPEP, a peu évolué, et les Emirats arabes unis et le Koweït ont accru leur offre conformément à leurs objectifs.

Il n’y a pas eu de baisse significative de la production en septembre, selon l’enquête.

L’enquête Reuters vise à suivre l’approvisionnement du marché. Elle est basée sur des données d’expédition fournies par des sources externes, des données sur les flux de Refinitiv Eikon, des informations provenant de trackers de pétroliers tels que Petro-Logistics et des informations fournies par des sources au sein de compagnies pétrolières, de l’OPEP et de consultants.

Article précédentMoody’s place la note souveraine de la Tunisie sous surveillance dans la perspective d’une révision à la baisse
Article suivantLes hôpitaux ouverts aux étudiants en médecine rapatriés d’Ukraine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here