Le parlement libyen double le salaire minimum à 200 dollars

La majorité des membres de la Chambre des représentants libyenne a voté, lors d’une séance tenue à Benghazi mardi 27 septembre, en faveur d’une loi portant le salaire minimum à 1.000 dinars libyens (environ 200 dollars) dans les secteurs public et privé. Tandis que le président de la Chambre, Aqila Saleh, a confirmé que le vote sur l’ensemble de la masse salariale unifiée aurait lieu au cours de la prochaine session.

M. Saleh a expliqué que le salaire minimum dans l’État sera de 1 000 dinars, selon le projet de loi sur la grille salariale unifiée, qui est actuellement proposé aux membres. Il sera appliqué aux secteurs public et privé. Et d’ajouter que le projet de loi sera étudié en plusieurs sessions. Cela vient réduire l’écart entre les salaires maximum et minimum, qui s’élève à environ 30 fois.

Le nombre de travailleurs du secteur public atteignait 2,3 millions d’employés de l’État, à travers tout le pays. Et ce, à la fin du mois de juin dernier. Soit 31 % de la population libyenne de 7,4 millions à la fin de 2019.

Avant la décision d’augmentation, le salaire minimum était de 450 dinars (90 dollars). Tandis que le gouvernement d’union nationale a commencé à augmenter les salaires des travailleurs du secteur public par le biais de l’échelle salariale unifiée. Et ce, afin de réduire l’écart entre le salaire minimum et le salaire le plus élevé dans l’échelle de la fonction publique.

Une “illusion monétaire”

Pour sa part, le professeur d’économie aux universités de Libye Ahmed Al-Mabrouk a déclaré que la Libye a réduit les revenus réels des individus. Et ce, afin de relever le plafond salarial, qui n’est qu’une valeur nominale, selon lui. Car le salaire minimum en 2012 équivalait à 321 dollars. Alors qu’il est maintenant passé à environ 200 dollars. « Les économistes appellent cela une illusion monétaire », a-t-il commenté.

Dans sa déclaration aux médias, M. Al-Mabrouk précise: « Sur le plan économique, la société a obtenu un plus grand pouvoir d’achat qui se transforme en une forte demande pour tout. Car la privation de consommation au cours de la dernière période a rendu la propension marginale à consommer élevée chez l’individu libyen avec une période de stagnation due au nouveau taux de change, à la pandémie de Corona et à la guerre d’Ukraine. En effet, une quantité d’argent va pour acheter des biens, ce qui provoque une augmentation des prix. »

Pour sa part, l’analyste financier Moataz Huwaidi a appelé à la nécessité de réduire les effectifs de 70%. Et ce, avant de parler d’une quelconque augmentation. Il a aussi déclaré que les salaires, comme on le sait, sont appelés « obligations inévitables. Ce qui signifie qu’ils sont payables indépendamment de toute autre chose. »

Il a ajouté qu’ « il y a de nouveaux emplois aléatoires dans certains secteurs, comme les municipalités et le gouvernement (parallèle) concurrent dans l’est du pays. Lesquels procèdent à des nominations et dont le nombre devrait augmenter. Ce qui a fait que la masse salariale a pris le dessus sur la plupart du budget de l’État ».

Article précédentPlus de 500 postes à pourvoir lors des Journées Québec Tunisie
Article suivantL’UE protégera le réseau énergétique après le “sabotage” du gazoduc russe

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here