La Conect appelle le gouvernement à activer la réalisation du plan solaire

Conect

Le programme national pour le développement des énergies renouvelables, décliné tout récemment Neila Nouira Gongi, ministre de l’Industrie, de l’ Énergie et des Mines, vise un taux d’intégration de 35% d’ici 2030. Pour y parvenir,  500 mégawatts doivent être réalisés chaque année sur les 8 prochaines années, avec un investissement de plus d’un milliard de dinars par an.

Le programme gouvernemental, certes ambitieux, pourra-t-il être réalisé dans le respect du planning établi? C’est la grande question qui se pose aujourd’hui et qui a interpellé la CONECT. L’organisation s’est exprimée sur la question dans une conférence de presse organisée mercredi 22 juin 2022.

Conect

“Nous n’avons presque pas avancé par rapport aux prévisions du plan solaire pour 2030, lancé en 2015. Nous aurions dû réaliser 50% ou 60% des objectifs fixés au démarrage du plan pour atteindre les 3800 mégas en 2030. Ce qui équivaut à 1700 mégas. Il n’en est rien à ce jour. La capacité de production du pays n’a pas dépassé les 3,7%. Nous appelons le gouvernement à activer la réalisation du plan solaire et à respecter ses engagements avec les investisseurs nationaux et internationaux qui ont foi dans le potentiel de la Tunisie en matière de ER et qui lui ont fait confiance”, a déclaré Abdellatif Hamouda, président du groupement des producteurs des Energies renouvelables à la CONECT.

Aujourd’hui, la Tunisie importe 48% ses besoins énergétiques dans un contexte mondial extrêmement difficile et un contexte national marqué par une crise budgétaire aigue et un déficit énergétique structurel.

Pour rappel, une augmentation d’un dollar du prix du baril entraîne une augmentation des dépenses de subventions de 140 millions dollars/jour et une augmentation de 10 millimes du taux de change du dollar entraîne une augmentation de 40 MD des dépenses citées.

C’est dire l’importance d’un développement réel des énergies renouvelables pour la relance des investissements, le rétablissement des équilibres financiers de l’Etat et la lutte contre la précarité énergétique des ménages vulnérables par la faiblesse de leurs revenus.

Un manque à gagner annuel pour l’Etat de 400 MD

Depuis la promulgation de la loi N°2015-12 et l’adoption du Plan Solaire Tunisien, 5 appels à projets ont été lancés et 67 projets retenus par le ministère chargé de l’Énergie. À ce jour, un seul d’entre eux a été raccordé réseau. Comment dans ce cas atteindre les objectifs visés par le Plan Solaire Tunisien ?

En effet, le blocage du raccordement des centrales de production des énergies photovoltaïques fait perdre à la Tunisie près de 2 500 millions de dinars d’investissements non réalisés, pour l’essentiel des entrées en devise pour l’État, 400 millions de dinars de manque à gagner annuel pour l’Etat, rien qu’en comptant l’économie de combustible et une perte de confiance des investisseurs étrangers dans le site Tunisie.

“A ce jour, nombreuses ont été les réunions organisées avec le ministère de l’Industrie, de l’Énergie et des mines, la STEG et l’UGTT, sans parvenir à un accord définitif concernant le raccordement des centrales photovoltaïques au réseau STEG. Les investisseurs qui ont cru en la pertinence et l’utilité de leurs projets perdent confiance, leurs fonds et risquent la faillite”, souligne la Conect.

La confédération a, au final, appelé les pouvoirs publics à respecter leurs engagements envers les investisseurs et les syndicats STEG à reconsidérer leurs postures de refus au vu de l’intérêt que représente le secteur des énergies renouvelables pour les concitoyens et l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here