Le moral des Britanniques fortement affecté par la crise inflationniste

Britanniques

La vague de pessimisme déferle sur les ménages britanniques. Elle est sans précédent parmi les principales économies européennes et suggère que le gouvernement a peut-être mal évalué sa réponse à une crise croissante du coût de la vie, selon des enquêtes récentes.

Le ministre des Finances, Rishi Sunak, a jusqu’à présent résisté aux appels à prolonger les mesures de soutien aux ménages britanniques. En affirmant qu’il réexaminerait la situation au second semestre, lorsque les prix de l’énergie devraient à nouveau augmenter.

Certaines des données économiques, cependant, suggèrent qu’une approche plus urgente pourrait être justifiée. Le mois dernier, l’enquête GfK, étroitement surveillée, a montré que la confiance du public dans ses finances personnelles était tombée à son plus bas niveau. Et ce, depuis le début des records en 1985. Le sentiment concernant les perspectives économiques approchant également des plus bas historiques.

C’était avant l’avertissement sévère de la semaine dernière de la Banque d’Angleterre selon lequel la Grande-Bretagne risquait un double coup dur d’inflation au-dessus de 10% et une éventuelle récession. Tandis que la Bank of England (BoE) augmentait les taux d’intérêt à leur plus haut niveau depuis 2009.

Alors que les habitants de toute l’Europe sont confrontés à des taux d’inflation les plus élevés depuis des décennies- reflétant des chaînes d’approvisionnement endommagées par la pandémie et la flambée des prix de l’énergie- et que les consommateurs deviennent moroses dans les économies développées, un effondrement pur et simple de la confiance est un problème britannique aigu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here