Japon : 40% des entreprises ont l’intention d’augmenter leurs prix d’ici un an

Plus de 40% des entreprises japonaises prévoient d’augmenter leurs prix des matières premières d’ici un an. Et ce, en réponse à la hausse du coût de l’énergie et des matières premières dans le monde. C’est ce qui ressort d’une enquête de Teikoku Databank Inc., qui a impliqué 1 855 entreprises japonaises début avril.

43,2% des entreprises ont indiqué qu’elles avaient déjà revu leurs prix à la hausse le mois dernier ou qu’elles souhaitaient le faire dans les 12 prochains mois. Ainsi, en tenant compte des entreprises qui ont déjà augmenté leurs prix depuis octobre dernier, le pourcentage s’élève à 64,7%. 16,4% des entreprises consultées ont en revanche indiqué qu’elles ne pouvaient pas répercuter le poids de la hausse des coûts de production sur les consommateurs. Seulement 7,4% des entreprises ont répondu qu’elles n’avaient pas l’intention de recourir à une augmentation des prix.

Le Japon a réalisé une augmentation de la production industrielle de 5,8% au cours de l’exercice 2021, après deux contractions annuelles consécutives dues aux retombées de la pandémie de Covid-19. Ceci est certifié par les données officielles publiées par le gouvernement de ce pays. En effet, au cours de l’exercice qui s’est terminé en mars dernier, l’indice de production des usines et des mines était de 95,5, 100 par rapport à 2015. L’année 2020 s’est clôturée avec une baisse en pourcentage de 9,6%. Le chiffre de l’exercice qui vient de s’achever est le meilleur depuis le début de la série chronologique actuelle, en 2014. Mais le Japon n’est pas revenu aux niveaux de production d’avant la pandémie de 2019, lorsque l’indice s’établissait à 99,9.

Un plan économique d’urgence

Le gouvernement du Japon a donc dévoilé la semaine dernière un plan économique d’urgence de 6 200 milliards de yens (48 milliards de dollars) pour contenir les effets de l’inflation sur les ménages et les petites entreprises. Le plan prévoit le versement de contributions uniques en espèces de 50 000 yens (environ 380 euros) pour chaque mineur dans les ménages à faible revenu. La nouvelle mesure de dépenses comprend également des subventions supplémentaires aux distributeurs nationaux de pétrole pour réduire le prix du carburant à la pompe et aux éleveurs de bétail aux prises avec la hausse des prix des aliments pour animaux.

Le taux d’inflation continue de s’accélérer au Japon, atteignant un plus haut en 26 mois en raison de la hausse des coûts de l’énergie et des matières premières. Selon les données officielles publiées par le gouvernement japonais le 22 avril, l’indice des prix à la consommation de base, qui ne tient pas compte des aliments frais, a augmenté de 0,8 % en glissement annuel en mars.

La confiance des consommateurs japonais a baissé pour le troisième mois consécutif en mars. C’est ce qu’a annoncé le gouvernement de ce pays, qui dans son enquête mensuelle sur l’indice de confiance des ménages a constaté une baisse de 35,2 à 32,8 points, malgré la levée de la quasi-urgence de la pandémie. Le gouvernement japonais a aggravé son appréciation de l’évolution de la confiance des consommateurs, constatant des “signes de faiblesse” dans la tendance du dernier trimestre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here