Course aux métaux rares : une hausse spectaculaire des prix à prévoir

La hausse choquante, liée aux sanctions imposées par l’Occident à la Russie, a montré clairement que des métaux comme le nickel, indispensables à la
transition vers une économie moins polluante, sont devenus essentiels.

Selon ses propres besoins, chaque pays a des minerais différents dans son viseur pour
mieux concourir pour une part de marché dans la transition énergétique vers une économie
plus électrifiée. Les experts avertissent que les nations qui restent ancrées dans
l’exportation de pétrole, de gaz et de charbon courent le risque de devenir de moins en
moins compétitives.
Pourtant, dans la course aux métaux qui joueront un rôle crucial dans le développement
économique futur, la Russie a ses atouts : elle est le deuxième exportateur mondial de
cobalt, le deuxième de platine et le troisième de nickel, selon l’OCDE. Bien que la Russie ait
des cartes à jouer dans ce nouveau scénario, ce qui est certain, disent les experts, c’est que l’extraction de super-minéraux est fortement concentrée dans d’autres pays.
La grande majorité du cobalt dans le monde provient de la République démocratique du
Congo, le nickel d’Indonésie, le lithium d’Australie, le cuivre du Chili et les terres rares de Chine.
Bien que l’extraction soit répartie entre plusieurs nations, un seul pays domine la
transformation de tous ces minerais : la Chine. Plus des deux tiers de l’extraction du cobalt
se fait au Congo.
Il n’est donc pas du tout étrange qu’en pleine guerre, et avec la soif de minerais annoncée
pour les deux prochaines décennies, les États-Unis et l’Europe aient allumé les moteurs de
la transition énergétique pour réduire leur dépendance actuelle et future vis-à-vis des pays
comme la Chine et la Russie.

” Si l’offre ne parvient pas à répondre à une augmentation de la demande pour ces métaux, les prix monteront en flèche “, a déclaré Lukas Boer, chercheur à l’Institut allemand de
recherche économique, à la BBC.

Un facteur essentiel est que les projets miniers d’extraction de ces métaux peuvent prendre
plus d’une décennie (en moyenne 16 ans) pour être opérationnels et, par conséquent, la
rareté est susceptible d’être encore plus grande au cours de la prochaine décennie, explique Boer, qui, avec Andrea Pescatori et Martin Stuermer, ont publié la recherche “Les
métaux de la transition énergétique” à la fin de l’année dernière.
Outre les terres rares, souligne l’étude, les quatre métaux les plus convoités seront
le nickel, le cobalt, le lithium et le cuivre, dont les prix pourraient atteindre des records
historiques pendant de longues périodes, une tendance qui rompt avec les cycles haussiers
habituels et chute en valeur sur les marchés internationaux.

La majeure partie de l’extraction et du traitement des minéraux rares dans le monde a lieu en Chine.

Enfin, Kwasi Ampofo, responsable des métaux et des mines au centre de recherche
Bloomberg NEF, affirme que la Chine est en très bonne position pour bénéficier du
changement. « La Chine pourrait être le grand gagnant si elle décide d’acheminer la
production russe de métaux vers ses raffineries, puis de la vendre à d’autres pays », a-t-il déclaré à la BBC.
D’autres pays ont déplacé les pièces sur l’échiquier. Dans le cas du nickel, l’Indonésie a
augmenté sa capacité de production au cours des deux dernières années, ajoute-t-il, et
pourrait continuer à l’augmenter pour couvrir le déficit de la Russie.
En effet, le nickel est le métal le plus exposé à toute rupture d’approvisionnement en
Russie, pays qui génère environ 9 % de la production mondiale.
” Toute perturbation par des sanctions ou une réduction de la production aura un impact
significatif sur le prix”, fait valoir Ampofo, d’autant plus que la demande de nickel pour les
batteries électriques augmentera considérablement cette année.
Dans la bataille pour contrôler la production des métaux du futur, il y a des espaces où la
Chine a mis l’accélérateur : bien que plus des deux tiers de toute la production mondiale se
trouvent au Congo, les entreprises chinoises possèdent ou financent la majorité des plus
grandes mines du pays.
Dans ce scénario, si l’Occident n’avance pas plus vite, il risque de perdre la course.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here