L’UTAP revendique une volonté politique de sauver le secteur agricole

utap - l'économiste maghrebin

Le bureau exécutif de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) a revendiqué une volonté politique de sauver le secteur agricole. Et ce, en tant que filière stratégique. Pour l’UTAP, cette filière permet de sauver le pays de la pauvreté et de réaliser la souveraineté alimentaire.

Selon un communiqué publié mercredi, par l’organisation patronale, le BE de l’UTAP qui s’est réuni mardi, a averti que le pays peine à assurer la nourriture des tunisiens, en raison des répercussions de la guerre à l’étranger, des impacts des changements climatiques et des perturbations sur les marchés internationaux.
Il a appelé l’autorité de tutelle à fournir dans les plus brefs délais les intrants nécessaires, dont l’ammonitrate. Et ce, pour pouvoir tirer profit des dernières précipitations dans différents gouvernorats du pays. D’autant plus que cet engrais contribue à l’accroissement de la production et l’amélioration de la productivité. L’organisation agricole a également, mis l’accent sur  :
-L’impératif de bien se préparer à la campagne de la moisson;
-La collecte et le stockage;
-La révision du prix de référence à la production, à cause de la hausse des coûts.
L’UTAP  a aussi évoqué les pertes que subissent les filières de la production animale. Et ce,  en raison du manque de fourrages, dont le Soja et le maïs, en plus de la hausse de leur prix. Il a signalé l’aggravation de la crise des aviculteurs à cause de la coupure du gaz et de l’absence d’autres alternatives. L’organisation a par ailleurs, appelé à :
-Bien se préparer à la campagne des tomates saisonnières destinées à la transformation;
-Accélérer la révision des prix de référence;
-et à écouler les stocks pour préserver les intérêts des agriculteurs et assurer la durabilité de la filière.
Enfin, l’organisation agricole a critiqué le comportement des autorités dans la gestion des dossiers urgents du secteur de la pêche, relatifs à la pollution marine, à la hausse des prix des intrants, à la détérioration de l’infrastructure et des services portuaires. Ainsi qu’à la non satisfaction des demandes des marins- pêcheurs quant à l’application du système de surveillance des navires par satellites. Et l’instauration d’un système alternatif de couverture sociale qui convient aux spécificités de leur activité.
                                                                                                           Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here