4ème édition du Festival international de l'olivier: patrimoine, culture et social à Sfax

Près de 250 visiteurs affluaient en à peine une heure trente vers le stand de l’association “Saveurs de mon pays”. Et ce, dans le cadre de la quatrième édition du Festival international de l’olivier. Sachant que le ministre du Tourisme, Mohamed Moez Belhassine l’ouvrait officiellement, hier à Sfax.

Le stand ayant pour slogan “Saveurs de mon pays avec l’arôme de l’huile d’olive” a offert gratuitement un buffet de presque six mètres au large public. Avec au menu des plats authentiques soigneusement préparés par les cheffes et chefs des différents clubs de l’association. Lesquels ravivaient les papilles de toux ceux qui y ont goûté pour la première fois.
Et cela, grâce à la coopération et à la générosité de l’organisateur du festival, en l’occurrence l’association “Tounes Ezzaytouna” présidée par Faouzi Zayani, un grand acteur culturel que “notre association a pu exposer ses plats et son buffet de dégustation”. C’est ce que précisait Latifa Khairi présidente de l’association et dont la présence a-t-elle ajouté, constitue une première dans son histoire.
C’est grâce à de telles initiatives “qu’on peut promouvoir davantage notre gastronomie tunisienne peu connue ou le plus souvent méconnue”, explique-t-elle. D’ailleurs, cela a suscité en un laps de temps très court l’esprit de découverte et de curiosité auprès de toutes les tranches d’âge et toutes les nationalités.
Présentes dans les lieux, certaines membres de la Fédération féminine arabe pour l’huile d’olive exprimaient leur admiration. En outre, elles faisaient part de leur volonté de s’inspirer de cet exemple dans l’organisation de foires et salons dans leurs pays respectifs. Et ce, à l’occasion de la tenue de leur assemblée fondatrice à Sfax, en marge du festival international de l’olivier.
Faisant le tour des différents stands, Latifa Khairi soulignait que le festival porté par l’association “Tounes Ezzaytouna” est prometteur dans cette quatrième édition. Et ce, dès lors qu’il a permis à tous les secteurs et voix à vocation culturelle, sociale et éducative d’être présents. Ce qui dénote de sa singularité et de son originalité aussi bien sur le plan de la conception que de l’organisation.

L’olivier cadeau de la Tunisie

Organisé sous le signe “L’olivier cadeau de la Tunisie”, le festival international de l’olivier se tient dans sa quatrième édition jusqu’au 17 mars 2022. Il offre à ses visiteurs une occasion non seulement de découvrir les différentes variétés de l’huile d’olive ou des produits de terroir (Bsisa, miel,….); mais aussi des stands à vocation culturelle et sociale.
Outre le stand du forum des arts et cultures de Sfax et celui de la délégation régionale des affaires culturelles de Sfax où sont exposées toutes sortes de publications anciennes et récentes et des affiches donnant un aperçu des diverses institutions culturelles dans la région, l’on retrouve le stand, joliment préparé, de l’association du festival El Hajouja à Chihia qui a attiré un grand nombre de curieux et passionnés avertis.
Présent dans les lieux, le président de l’association Noureddine Bouguacha a donné un aperçu des objectifs de l’association. Laquelle œuvre à faire connaître l’histoire de Sfax, à valoriser le patrimoine de la ville et à documenter son patrimoine immatériel. En évoquant dans ce sens l’idée du lancement du festival Hajouja dont la  première session remonte à 2013; avant la fondation de l’association pour promouvoir et sauvegarder le patrimoine immatériel.

Les saveurs de mon pays, des saveurs et une histoire

“Depuis chaque année, on choisit un thème (femme, remparts,  musique, bâtiments, pluie…). Et on essaie d’explorer l’histoire de la ville en rapport avec ce thème. Cette année on a choisi la mer et on commencé au mois de janvier; mais la situation covid à l’époque nous a empêchés”, a-t-il expliqué. La reprise, a-t-il annoncé, sera le 21 mars prochain avec quelques soirées et une journée grand public le 26 mars pour déguster le plat Hajouja; ainsi que pour découvrir des activités en rapport avec le thème.
Chaque année, a-t-il mentionné, à la moitié du mois de janvier, les Sfaxiens célèbrent la Hajouja. Plusieurs festivités ont lieu à l’occasion, et des plats spécifiques à cette fête sont préparés.
Il s’agit d’une fête dont les origines remontent au XIIe siècle, quand les Normands de Sicile occupèrent plusieurs villes côtières dont Sfax. Mais la population se souleva et renvoya les envahisseurs. Cette victoire fut inscrite dans la mémoire collective des Sfaxiens, sous le nom de Hajouja. Certains unissent cette fête au Nouvel An amazigh ou la fête de Yennayer qui est célébrée le 12 ou le 14 janvier. Et qui correspond à la sortie des « Lyeli el bidh » et l’entrée des « Lyeli el soud » selon le calendrier agricole berbère. Lors de la fête Hajouja, les Sfaxiens ont conservé certaines traditions culinaires au fil des années. La Rfissa et la Mrissa sont préparées et dégustées à l’occasion.
Au beau milieu des nombreux stands où sont exposées entre autres diverses gammes de produits de terroir et de cosmétiques, le public se trouve attiré par une grande banderole. Sur laquelle on pouvait lire: “Les enfants autistes ne comprennent pas notre monde, faisons en sorte de comprendre le leur”.

Essaada des autistes

C’est dans un stand de l’association “Essaada des autistes” que sont exposés à la vente et à des prix symboliques des articles variés réalisés par des autistes (accessoires, petits couffins, coussins etc). Leur beauté dégage l’esprit créatif artistique et la pleine volonté de vivre et de réussir. “Réussir et faire connaitre nos compétences est le leitmotiv d’un groupe de jeunes élèves du collège El Fadhel Ben Achour (Sfax 2) ayant pris place au Festival pour faire connaître leur monde”. On y retrouve de la robotique et la protection de l’environnement. A travers leur distinction, dans le cadre de leur participation à la semaine arabe de la robotique organisée dans sa deuxième session au Caire du 21 au 28 février 2022.
Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here