Promosport: maintenir le monopole de l’Etat ou ouvrir l’activité au secteur privé ?

Promosport

La situation de la Société Promosport et les mécanismes d’organisation des paris sportifs. Tel est l’objet de la séance de travail qui se tenait, jeudi, au siège du ministère de la Jeunesse et des Sports.

La séance a permis de discuter de la situation de la société Promosport et de ses enjeux financiers. Et ce, avec notamment l’augmentation du nombre des sociétés de paris sportifs illégaux.

Ainsi, cette séance se déroulait en présence: du ministre de la Jeunesse et des Sports, Kamel Déguiche; du Directeur Général de la société Promosport, Adel Zarmdini; et du Directeur Général des services Communs, Abdelmonem Chefi.

Les deux parties ont également discuté d’un projet de décret réglementant l’activité des jeux de hasard et des paris sportifs d’intérêt général. Et ce, en fixant les mécanismes et modalités d’exercice de cette activité sur le territoire national et sous le contrôle de l’Etat.

Ce projet sera soumis au Conseil des ministres. Objectif: décider soit de maintenir le monopole de l’Etat sur le secteur; soit d’ouvrir l’activité au secteur privé et de l’organiser à travers des autorisations légales. Et ce, suivant des conditions techniques, financières et fiscales bien déterminées.

Au centre également des discussions, la révision des mécanismes d’attribution des autorisations fiscales liées aux jeux de paris parallèles. La séance a permis, dans ce contexte, d’examiner les conséquences de la situation administrative, législative et fiscale actuelle régulant le secteur. Celle-ci a causé des pertes importantes au budget de l’État et un épuisement de la devise.

La réunion a, d’autre part, porté sur l’organisation de la numérisation dans le domaine des paris sportifs. Et ce, en vue de lutter contre la corruption et de contribuer au soutien de l’économie nationale et au financement des programmes de jeunesse et de sport.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here