ONU : 79,5 millions de personnes déplacées de force

ONU
Un enfant réfugié à Lesbos brandit une pancarte qui appelle, en allemand, à le sauver

L’ONU, dans un rapport de l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), publié le 18 juin 2021, a affirmé que les déplacements forcés concernent aujourd’hui plus de 1% de l’humanité, avec une personne touchée sur 97 individus.

L’ONU a précisé que les déplacements forcés ont touché 79,5 millions de personnes à la fin 2019. Dans le même rapport, le HCR a exprimé son inquiétude quant à la hausse de ce chiffre. Il a rappelé que ce chiffre représentait 70,8 millions à la fin 2018.

De plus, seulement 385 000 réfugiés en moyenne pouvaient rentrer dans leur pays d’origine. Ce chiffre était de l’ordre de 1,5 million de réfugiés durant les années 1990.

L’ONU a, également, précisé que 45,7 de 79,5 millions de ces personnes « avaient fui vers d’autres régions de leur pays ». Les autres 33,8 millions individus ont quitté le territoire de leur pays vers l’étranger. Ce chiffre comprend des personnes en attente de réponse de demande d’asile. Cette catégorie se composerait de 4,2 millions personnes, selon la même source. Les 29,6 millions restants avaient le statut de réfugié ou comptaient parmi d’autres populations déracinées hors de leur pays.

Le nombre d’enfants déracinés se situe entre 30 et 34 millions, d’après le rapport du HCR. Des dizaines de milliers d’enfants sont non accompagnés, poursuit l’agence.

D’un autre côté, les personnes âgées de 60 ans ou plus ne représentent que 4% des individus déracinés dans le monde.

Par ailleurs, le rapport retient qu’au moins 100 millions de personnes ont fuit leur foyer durant les 10 dernières années. Les déplacements forcés ont presque doublé en l’espace de 10 ans. Ce chiffre avait atteint 41 millions d’individus en 2010 contre les 79,5 millions actuellement enregistrés.

L’ONU note, aussi, que 80% de ces personnes se trouvent dans des pays ou des territoires affectés par l’insécurité alimentaire les risques climatiques.

Enfin, le rapport révèle que 2/3 des personnes ayant fui au-delà des frontières de leur pays sont originaires des cinq pays suivants : la Syrie, le Venezuela, l’Afghanistan, le Soudan du Sud et le Myanmar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here