Algérie : baisse de 68% du déficit de la balance commerciale

Algérie

Selon le ministère algérien des Finances, les principaux indicateurs macroéconomiques et budgétaires de l’Algérie confirment une certaine reprise de l’activité économique.

Les échanges commerciaux de l’Algérie, au cours des cinq premiers 2021, se sont caractérisés par une atténuation du déficit de la balance commerciale de 68%. Ce déficit est passé de -3,9 milliards de dollars à fin mai 2020 à -1,3 milliard de dollars $ à fin mai 2021.

Ainsi, cette atténuation est à mettre en faveur d’une part, de la forte augmentation des exportations globales de marchandises; et d’autre part, des mesures prises par les autorités publiques pour encadrer le commerce extérieur. Ces mesures ont permis de limiter les importations à hauteur de 15,2 milliards de dollars au cours des cinq premiers mois de 2021. Contre 18,9 milliards de dollars à la même période de 2019. Soit un repli de près de 20%.

En effet, les exportations d’hydrocarbures ont augmenté de 32,7%. Pour leur part, les exportations hors hydrocarbures ont augmenté de 81,71%. Le taux de couverture commerciale s’est amélioré puisqu’il a atteint 92% à fin mai 2021; contre 72% à fin mai 2020.

Rattrapage des pertes subies en 2020

En Algérie, l’année 2021 devra, selon la même source, être consacrée à la stabilisation des fondamentaux de l’économie algérienne. Et ce, à travers un retour progressif de l’activité économique à des niveaux permettant le rattrapage des pertes subies en 2020. Ainsi qu’une atténuation des déséquilibres internes et externes des comptes de l’Etat.

Effectivement, la croissance économique de l’économie algérienne a été revue à la hausse. Elle devrait se situer à 4,2% en 2021 (contre 3,98% dans la LFI 2021). En relation avec le retour progressif de l’activité économique; et ce, suite à l’amélioration de la situation sanitaire après le repli de la pandémie.

Cette amélioration sera principalement tirée de l’amélioration de la croissance du secteur des hydrocarbures et hors hydrocarbures qui atteindraient +10,1% et +3,2% respectivement.

La croissance hors hydrocarbures se situerait à +3,2% dans la LFC 2021. Et ce, contre +2,4% prévue dans la LF 2021. Et ce, pour tenir compte de la reprise de l’activité des secteurs de la construction (+3,8%) et des services marchands (+3,6%).

La reprise de l’activité économique est reflétée par le niveau des recouvrements fiscaux, effectués par l’administration des impôts. Soit par une hausse de 9,5% à fin avril 2021, par rapport à la même période de 2020.

L’évolution de l’inflation moyenne en 2021 devrait se situer autour de 4%. Et ce, en relation avec la reprise de l’activité et le retour progressif à l’approvisionnement normal des marchés, notamment, alimentaires.

E.M

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here