France – UE: financement de projets pour un meilleur cadre de vie

France

Améliorer le cadre de vie des habitants des quartiers populaires. C’est ce qui ressort de cette visite lancée avec les Ambassadeurs de France et d’Italie. Les accompagnaient les représentants des institutions financières. Elle concernait les travaux de réhabilitation et d’extension de la station de traitement des eaux usées de Sud Méliane, à Radès. Ce projet s’inscrit dans le programme de dépollution de la Méditerranée (DEPOLMED).

En effet, le quartier de Mohammedia fait partie d’un ensemble de 155 quartiers (99 communes) réhabilités. Et ce, dans le cadre d’un programme national de réhabilitation et d’intégration des quartiers d’habitation (PRIQH) aujourd’hui en voie d’achèvement. Il est doté d’un budget total d’environ 240M€ (660 MDT) dont 80M€ de l’Etat tunisien, 70 M€ de la BEI, 60M€ de l’UE et 30M€ de l’AFD (France). Ce programme aura changé la vie d’environ 780 000 Tunisiens et Tunisiennes dans l’ensemble du pays.

Les PRIQH, programmes phares du ministère de l’Equipement

Car, les Programmes nationaux de Réhabilitation et d’Intégration des Quartiers d’Habitation (PRIQH) sont des programmes phares du ministère en charge de l’équipement et de l’habitat. Ils sont soutenus depuis de nombreuses années par la France et l’Union européenne. Et ce, via: des subventions de l’Union européenne (UE); des financements de l’Agence Française de Développement (AFD); et de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Dans le cadre de ces programmes, l’Agence de Réhabilitation et de Rénovation Urbaine (ARRU) réalise dans des quartiers précaires des travaux de voirie et d’assainissement. De même, elle installe l’éclairage public, aménage des espaces publics de loisir. Tout en construisant des équipements socio-collectifs, comme: des terrains et salles de sport; des bibliothèques ou des maisons de quartier. Lesquels transforment la vie des habitants de ces quartiers et favorisent le vivre ensemble. Dans certains quartiers sont aussi implantés des locaux d’activités répondant à la demande économique locale et créant de l’emploi pour les habitants.

Mohammedia, un exemple de réussite

Par exemple, à Mohammedia, environ 6 000 habitants ont bénéficié des travaux de réhabilitation et d’équipement. L’ARRU a rénové 7 km de voirie et installé 242 points lumineux. Ce qui facilite les déplacements dans le quartier de nuit comme de jour. Le programme a également permis d’élargir l’offre d’activités de loisirs. Via la construction d’un terrain de sport extérieur et d’un complexe sportif et culturel. Enfin, l’ARRU a bâti un local d’activité économique. Il est utilisé aujourd’hui par une entreprise textile; créant ainsi une trentaine d’emplois dans le quartier.

En outre, un nouveau programme, qui portera sur 150 nouveaux quartiers, est aujourd’hui en cours de préparation. Il impliquera davantage les municipalités et les citoyens des quartiers. Puisqu’il intégrera un programme de logements à prix abordables. De plus, il permettra une meilleure qualité environnementale des projets.

Extension de la station de traitement de Sud Méliane

Alors, cette visite marque le lancement des travaux de réhabilitation et d’extension de la station de traitement des eaux usées de Sud Méliane, à Radès.

Ainsi, ils rentrent dans le cadre du programme de dépollution de la Méditerranée, DEPOLMED. Ce sont l’Agence Française de Développement, l’Union européenne et la Banque européenne d’investissement qui le cofinancent.

D’un montant de 140M€ (460MDT), le programme DEPOLMED a pour objectif de réduire les pollutions hydriques. Il prévoit de réhabiliter et d’étendre les quatre stations d’épuration: Sud Méliane, Sousse Hamdoune, Jedaida et Kélibia. Mais aussi l’installation ou la rénovation d’environ 540 km de réseaux, 53 stations de pompage et 29 000 boîtes de branchement. Ce programme permettra de raccorder 60 000 habitants aux réseaux d’assainissement. Et il améliorera donc la qualité du service de près de 1,2 million de personnes.

Dans le cadre du Programme DEPOLMED, il est aussi prévu de renforcer les capacités de l’Office national de l’assainissement (ONAS). De même que celles du Centre international des technologies de l’environnement de Tunis (CITET) pour le conseil aux industriels en matière d’assainissement.

Réduire les pollutions des eaux usées

De son côté, présent lors de cette visite, l’ambassadeur de France en Tunisie André Parant apportait des précisions. Il déclarait: « Nous avons également un intérêt et une responsabilité commune pour la protection de la Méditerranée. L’amélioration de la collecte et du traitement des eaux usées permet de réduire la pollution des eaux rejetées en mer. C’est un axe majeur de notre coopération avec la Tunisie. La station de Sud Méliane à Radès fait partie des quatre stations de l’ONAS dont nous soutenons la rénovation; et ce, dans le cadre du programme DEPOLMED. Au total, c’est plus d’un million de personnes qui vont bénéficier de ce programme. Il va aussi contribuer à protéger le littoral tunisien. »

Pour sa part, l’ambassadeur de l’UE en Tunisie Marcus Cornaro conclut: « Le programme DEPOLMED bénéficiera à 324.000 foyers. A travers des œuvres de réhabilitation de stations d’épuration; mais aussi des travaux d’extension des réseaux de collecte des eaux usées. Ainsi que grâce à une capacité renforcée de l’Office National de l’Assainissement (ONAS) et du Centre International des Technologies de l’Environnement (CITET) dans des domaines clefs de leurs missions. »

D’après communiqué

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here