Les exportateurs de fruits et légumes tunisiens face au retour à la consommation locale en France

exportations fruits & légumes

« Face à l’engouement croissant des Français pour la consommation locale et responsable, conforté davantage par la crise de la Covid-19, seuls des modes de production durable respectueux des aspects humain et environnemental et une meilleure communication auprès des autorités et des réseaux de distribution français pourraient mieux positionner les fruits et légumes tunisiens sur ce marché ».

L’APIA a organisé vendredi un webinaire sur : « L’importation des fruits et légumes et des ingrédients naturels : Le marché européen dans un contexte de crise sanitaire ».

Intervenant, la Déléguée Générale de la Chambre Syndicale des Importateurs Français de Fruits et Légumes frais (CSIF), Véronique Le Bail a confirmé le retour à la consommation locale en France. Il a aussi précisé « qu’en septembre 2019, 78,6% des consommateurs français ont déclaré essayer d’acheter des produits locaux aussi souvent que possible. Cet engouement est davantage soutenu par la politique officielle, faisant de la reconquête de la souveraineté alimentaire une priorité nationale ».

Et d’enchaîner : « Outre son aspect d’acte engagé envers les produits nationaux. Le local est pour une large frange de français un gage de qualité, de traçabilité et d’une haute valeur environnementale ».

Les produits tunisiens sont bien appréciés

Le Bail considère toutefois que « les produits tunisiens sont bien appréciés sur le marché français. Sauf que les producteurs tunisiens auraient à s’imposer face cette sorte de « protectionnisme » français. Et ce en adoptant davantage leurs modes de production, aux exigences sanitaires et environnementales en vigueur sur ce marché et en communiquant sur ces aspects auprès des autorités et des réseaux de distribution français ».

Le Bail a par ailleurs, fait savoir que des nouvelles réglementations environnementales s’apprêtent à se mettre en place au niveau communautaire européen. « Nous cherchons actuellement, à obtenir des exemptions ou des délais d’exécution. Mais rien n’est garanti. Les exportateurs tunisiens auront aussi à faire face à ces exigences une fois adoptées ».

De son côté, le président de  la Chambre Syndicale des importateurs français de fruits et légumes, Philippe Pons a souligné que « la crise de Covid-19 a fortement bouleversé les habitudes de consommation des français. Cette crise a favorisé la consommation de tout ce qui est naturel. Mais aussi de tout ce qui est très respectueux de l’environnement ».

« De ce fait, les producteurs tunisiens gagneraient à donner le maximum de garanties possibles en matière de techniques de production, de préservation des ressources et des écosystèmes, de réduction de l’utilisation du plastique notamment dans les emballages. Et ce afin de garantir le maximum de vertus à leurs productions et de donner aux importateurs et aux réseaux de distribution français, des arguments forts. Et ce pour mieux positionner ces productions sur le marché français ».

« Le tout doit être corrélé à une bonne communication sur ces vertus auprès des autorités françaises. Mais aussi auprès des distributeurs et des consommateurs finaux ». A-t-il conclu.

Avec TAP
 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here