La lenteur administrative est pointée par les entreprises, selon l’ITECQ

entreprises
Source dreams times

La lenteur administrative est la principale tracasserie qui entrave l’activité de l’entreprise. Affirme l’enquête annuelle sur le climat des affaires et la compétitivité des entreprises 2019 . Réalisée par l’Institut tunisien de la compétitivité et des études quantitatives (ITECQ), l’enquête braque la lumière sur les difficultés qui entravent le bon fonctionnement des entreprises.

En effet, la lenteur administrative n’est pas la seule difficulté en question. Si 74% des chefs d’entreprise  interrogés ont pointé du doigt la lenteur administrative, d’autres ont souligné le manque de services en ligne (54%), l’absentéisme des employés ( 54%), le manque de coordination entre les différents ministères ( 48%), les grèves des employés à répétition ( 36%),  l’ambiguïté et complexité des textes / circulaires organisant la prestation du service ( 35%) et l’insuffisante délimitation des responsabilités des fonctionnaires (35%).

D’ailleurs, le calvaire des administrations ne se limite pas uniquement à la lenteur administrative. Les réponses des interrogés affirment que les démarches administratives liées aux activités de l’entreprises prennent beaucoup de temps.  Les chefs d’ entreprise dans le domaine de l’industrie  et les responsables passent environ 27,42% du temps de travail à régler les procédures administratives. Mais en cas de digitalisation parfaite, le taux passe à 11,21%.

Les responsables des entreprises opérant dans le domaine des services passent 25,41% de leur temps de travail à régler leurs démarches administratives. En cas de digitalisation, le taux passerait à 9,65%. Les entreprises profitent-elles de la digitalisation administrative et adhèrent-elles à une stratégie de transition numérique ?

Telle était la question posée par les enquêteurs aux chefs d’entreprise et décideurs. En effet, les réponses montrent que « les entreprises enquêtées adhèrent de plus en plus aux services administratifs en ligne et plus particulièrement pour les déclarations des impôts ». Lit-on dans le résumé de l’enquête.

Pourrions-nous parler de digitalisation effective ?

Cependant, les chefs d’entreprise interrogés affirment qu’il existe un certain nombre d’entraves qui bloquent l’accès à la transition numérique de l’entreprise.  Il s’agit donc de :
– Complexité des projets de transition numérique ( 43%)
– Manque de ressources financières ( 21%)
-Manque de compétence ( 21%)
-Problème de sécurité des données ( 18%)
– Résistance interne aux changements ( 17%)

D’ailleurs, 46% des interrogés affirment qu’ils n’ont pas encore entamé un projet de transition numérique au sein de leurs entreprises. Et ce contrairement à 36% qui ont répondu par l’affirmative. Seulement 18% des interrogés ont affirmé que leurs entreprises sont en cours de transformation numérique.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here