Les problèmes du secteur des restaurants touristiques au menu d’une réunion

secteur

Les difficultés du secteur des restaurants touristiques, la lenteur de l’application des mesures du gouvernement pour le sauvetage du tourisme et la réticence des banques à financer le secteur. Telles sont les principales questions évoquées. Et ce, lors d’une réunion du ministre du Tourisme et de l’Artisanat et des représentants de la Fédération tunisienne des restaurants touristiques (FTRT).

Les difficultés du secteur des restaurants touristiques ont fait l’objet de cette réunion. L’objectif étant d’examiner l’imposition fiscale et la multitude des structures de contrôle. Ainsi que la révision des lois obsolètes qui régissent l’activité.

En outre, cette rencontre a permis, également, d’évoquer la vision stratégique de développement. Rappelons que le maillon du secteur touristique compte, aujourd’hui, plus de 380 unités générant plus de 25 mille emplois.

De ce fait, le président de la Fédération, Sadok Kouka, a mis l’accent sur la nécessité d’accompagner le développement de ce secteur. Et ce, afin de lui permettre de jouer son rôle et lui faire éviter une sérieuse menace d’effondrement.

Il a appelé à la levée de l’injustice fiscale dont fait l’objet le secteur et l’accélération du processus de révision des lois anciennes qui handicapent l’investissement, l’emploi et le développement du secteur.

De son côté, le ministre du Tourisme, Habib Ammar, a appelé les responsables de la FTRT à soumettre, dans les plus brefs délais, des notes précises sur les dossiers de la fiscalité et des crédits bancaires en vue de les traiter avec ses homologues du gouvernement.

Il a fait savoir que son département est en train d’assurer la coordination avec les différents ministères et structures concernés. Et ce, afin d’exécuter les mesures annoncées au profit du secteur du tourisme.

Il s’agit, notamment, de la question de l’octroi des crédits qui permettront aux sociétés qui opèrent dans le domaine du tourisme de payer les salaires des employés et d’assurer la pérennité du secteur, au cours de la prochaine période.

A noter qu’une ligne de crédit de 500 millions de dinars a été mise en place pour permettre aux établissements hôteliers touchés par la pandémie de payer les salaires de leur personnel.

Une ligne de financement de 300 MD pour soutenir les sociétés opérant dans le secteur touristique a été également créée. Il s’agit de consacrer 50 MD au profit des agences de voyages et 10 MD à la disposition du secteur de l’artisanat. Et ce, pour fournir la liquidité aux artisans en leur permettant de payer les salaires au cours de la période mars 2020- mars 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here