La Conférence annuelle des chefs de missions diplomatiques permanentes et consulaires prévue lundi 21 septembre (MAE)

conférence

La Conférence annuelle des chefs de missions diplomatiques permanentes et consulaires se déroulera le lundi 21 septembre.

Les travaux de la conférence, qui se tient sous la présidence du Chef de l’Etat, Kaïs Saïed, aura lieu en présentiel et à distance. Et ce en raison des conditions sanitaires liées au Covid, indique le département des Affaires étrangères.

Le président Kaïs Saïed ouvrira les travaux de la conférence qui se tient dans un contexte régional et international tendu et instable dominé par l’isolationnisme et le protectionnisme et les répercussions de la pandémie du Covid-19. Rappelons qu’il a fallu imposer des dispositions exceptionnelles. Et qui n’ont jamais été vécues depuis la deuxième guerre mondiale, sur les échanges entre les Etats ainsi que sur la cadence des activités diplomatiques.

« La crise sanitaire a imposé des restrictions sur les relations de coopération internationale de manière générale mais en contrepartie, elle a ouvert la voie à la diplomatie virtuelle. Ainsi qu’à l’organisation des réunions bilatérales et multilatérales à distance », lit-on dans le texte du communiqué.

Cet événement sera une occasion pour mettre l’accent sur le rôle du service diplomatique et des chefs des missions diplomatiques. Et ce dans la mise en place d’une nouvelle approche créative de manière à activer les opportunités et les mécanismes de coopération. Il est question de bâtir des partenariats efficaces et solidaires entre la Tunisie et les pays du voisinage sur la base d’un échange d’intérêts et de la réalisation de la sécurité et de la stabilité dans la région, notamment dans le domaine de la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme et à même de consolider l’appartenance de la Tunisie aux espaces maghrébin, arabe, africain et méditerranéen.

La Conférence, dont les travaux seront clôturés par le président de la République, va également aborder l’examen des moyens propices à tirer profit de la position de la Tunisie en tant que membre non permanent dans le conseil de sécurité de l’ONU. Et ce, pour impulser les processus de résolution politique des crises dans le monde, soutenir les causes justes et renforcer la solidarité internationale.

Il s’agit, également, de servir les causes humaines en harmonie avec les principes et les constantes de la politique étrangère tunisienne.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here