Mohsen Hassen propose une politique collective de relance économique

Mohsen Hassen L'Economiste Maghrébin

L’amplification du déficit du budget de l’Etat cette année corrobore la continuité des déséquilibres financiers du pays. Mais l’adoption d’une politique de relance économique post-Covid permettrait à la Tunisie de ne pas franchir la ligne rouge. C’est ce qu’annonçait l’ancien ministre du Commerce, Mohsen Hassen.

Ainsi, Mohsen Hassen considère que la conjoncture économique difficile, intensifiée par la baisse de rendement de plusieurs secteurs économiques, est due à des facteurs structurels. Mais aussi à la propagation de la pandémie de Covid-19. Ce qui a contribué à la réduction des ressources propres de l’Etat au cours des quatre premiers mois de 2020.

Le niveau du déficit budgétaire sans précédent -même s’il est conjoncturel et ne concerne pas toute l’année- demeure un indice d’une situation financière publique difficile. Tout porte à croire que le déficit courant continuera à baisser. Compte tenu de la régression des recettes des exportations et du tourisme. Ainsi que des investissements étrangers et des transferts des Tunisiens, dit-il.

Cette situation va, selon ses dires, amplifier la pression sur la balance des paiements . Tout en obligeant l’Etat à recourir à l’endettement, loin des orientations de la politique du gouvernement de Fakhfakh.

Cette tendance mènera à l’augmentation de l’inflation et l’affaiblissement de la compétitivité économique des entreprises. Par conséquent, elle menacera la paix sociale et le parachèvement du processus démocratique.

M. Hassen présente les traits caractéristiques de la réalité économique de la Tunisie dans le contexte de la propagation de la Covid-19. Surtout avec la succession des données statistiques officielles confirmant la crise économique. Notamment les rapports mondiaux émanant des institutions financières et de notations souveraines.

La relance économique : une stratégie d’évasion collective

D’après Mohsen Hassen, la Tunisie a dépassé les lignes rouges et sa situation financière devient délicate. Ce qui demande de conjuguer les efforts pour mettre en œuvre une stratégie de relance économique. De manière à limiter les effets de la Covid-19. Et à se lancer dans la réalisation d’une croissance économique équilibrée et intégrée. Et ce, en créant des opportunités d’emplois et réalisant des équilibres financiers de l’Etat.

Il considère qu’un taux de croissance négatif de 6% est très dangereux. Vu les répercussions sociales et la hausse du taux de chômage de 4% pour atteindre 20%. Avec la hausse de la pauvreté à 19,2%. Il prévoit des répercussions négatives de cette morosité économique sur les équilibres financiers. Et ce, en vue de la régression des ressources fiscales de l’Etat à pas moins de 5 milliards de dinars.

Pour s’en sortir, il recommande de mettre en œuvre une stratégie claire de relance. Et ce, en reposant sur l’impulsion de l’investissement et la réactivation de la demande intérieure. A travers l’adoption d’une politique basée sur la dépense gouvernementale, loin de l’austérité.

La stratégie de la relance économique requiert l’impulsion de l’investissement public. Car le retour de l’investissement privé est tributaire de la démultiplication du volume de l’investissement public. Et ce, dans les différents secteurs, comme l’infrastructure, l’éducation et l’enseignement.

Instaurer un partenariat effectif entre les secteurs public et privé

Parlant des faibles ressources de l’Etat, Mohsen Hassen estime qu’elles peuvent s’améliorer à la faveur de l’investissement, En instaurant un partenariat effectif entre les secteurs public et privé.

Il affirme, également, la nécessité d’impulser l’investissement privé dans les petits et les grands projets. A travers le développement de l’environnement des affaires. Par le biais de la réduction de la pression fiscale et une lutte réelle contre la corruption. Ainsi que le renforcement du coût de financement, la création de lignes de financement des investissements et l’amélioration de la capacité financière des sociétés à capital de développement et des fonds d’investissements. Pour renforcer les ressources propres des jeunes promoteurs.

M. Hassen insiste sur l’impératif d’appliquer la loi sur l’économie sociale et solidaire. Afin de créer de nouvelles générations parmi les promoteurs des projets. Ainsi qu’une autre génération de coopératives et de projets à vocation sociale et de développement. En tant que solution pour booster l’économie. Soulignant la nécessité de développer ce système vu son rôle dans la promotion des régions intérieures et la création d’emplois.

Nécessité d’un nouvel élan…

Il considère que l’économie tunisienne a besoin d’un nouvel élan basé sur trois secteurs. Il s’agit du secteur public à travers l’impulsion de l’investissement public et la restructuration des entreprises publiques. Aussi le secteur privé moyennant l’amélioration du climat des affaires et le développement de l’attractivité du site d’investissement de la Tunisie. Outre le secteur tertiaire qui consiste en l’économie sociale et solidaire.

Pour ce qui concerne le deuxième fondement de la stratégie de la relance économique, il a appelé le gouvernement à réactiver la demande intérieure. Pour qu’elle puisse jouer convenablement son rôle en tant que moteur de croissance. Vu le ralentissement de la demande extérieure.

Il a expliqué qu’il est possible de dynamiser la demande intérieure. Et ce, grâce au développement du pouvoir d’achat. Tout en réduisant la pression fiscale sur les individus, vu l’impossibilité d’augmenter les salaires en ce moment difficile.

Dans ce cadre, il est possible de réduire l’impôt sur le revenu,réviser la fiscalité et réduire la TVA. Ce qui est de nature à renforcer le pouvoir d’achat et de dynamiser la demande.

La réussite de la relance économique dépend  des orientations stratégiques

Selon l’ancien ministre, la réussite de la relance économique dépend d’une meilleure visibilité et des orientations stratégiques. Surtout au niveau des réformes économiques engagées et des politiques sectorielles qu’il faut développer. Avec la prise en compte des nouvelles orientations stratégiques à l’échelle mondiale de l’après-Covid.

S’agissant des finances publiques, il appelle à la nécessité de consolider les ressources propres du pays. A travers une réforme fiscale approfondie visant à réduire la pression fiscale surtout en faveur des PME. En s’interrogeant sur la possibilité pour le gouvernement d’engager, lors de la présentation du PLFC 2020, une réforme fiscale réelle. Ainsi que de procéder à une conciliation fiscale à condition de payer les dus.

La réforme fiscale, a-t-il dit, doit alléger le recours aux impôts directs. Pour alimenter le budget de l’Etat surtout les impôts sur revenus et les impôts indirects notamment la TVA. Tout en renforçant la contribution des impôts sur bénéfices.

Les fondements de la sortie de la crise

Selon lui, l’obtention de ressources requiert l’absorption du marché parallèle et les mécanismes les plus rapides. Demeurant le changement des billets monétaires et la réduction des tarifs douaniers sur les produits importés échangés sur le marché parallèle.

Concernant les entreprises publiques, Mohsen Hassen a fait valoir que la cession par l’Etat des petites contributions dans le capital des banques communes est opportun. Afin de consacrer ces ressources à la restructuration de ces entreprises. Ainsi que de développer leur rentabilité et leur gouvernance. Pour qu’elles puissent contribuer de nouveau dans la régularisation de la trésorerie de l’Etat.

Il souligne que le problème majeur dont souffrent les entreprises publiques ne réside pas dans la possession du capital. Mais dans la méthode de leur gouvernance. De ce fait, leur privatisation n’est pas à l’ordre du jour, a-t-il estimé.

Mohsen Hassen propose, également, d’œuvrer avec les différentes parties concernées et la société civile. Pour mettre en œuvre une stratégie de développement des régions situées dans le bassin minier ainsi que dans les régions intérieures…

Mettre la BCT à contribution…

Il juge nécessaire de réviser la politique monétaire du pays et de revoir l’indépendance de la BCT. ET ce, pour qu’elle puisse financer partiellement, selon la loi régissant la trésorerie de l’Etat. A l’instar des pays européens, du Maroc ou de l’Egypte.

Pour lui, il est possible de trouver un mécanisme juridique permettant à la BCT de financer et de rembourser. A travers le système bancaire et les dettes des entreprises publiques auprès de l’Etat dépassant les 5 milliards de dinars. Ce qui est de nature à alléger la charge sur la finance publique et aider les entreprises publiques à trouver leur élan.

Il a ajouté que la conjoncture exceptionnelle que traverse le globe, la situation sociale difficile en Tunisie, accentuée par le déséquilibre financier de l’Etat, exigent l’examen de la possibilité de reporter le remboursement d’une partie de la dette extérieure et les crédits commerciaux. Et ce, pour les années 2020 et 2021 auprès des institutions financières internationales.

Ce report ne signifie pas rééchelonnement, étant donné qu’il n’a pas un effet négatif sur la notation souveraine de la Tunisie. S’agissant de l’endettement extérieur, il a fait remarquer que tous les rapports confirment le fort taux d’endettement extérieur de la Tunisie.

En témoigne le rapport de Moody’s qui a mis en garde contre la hausse de l’endettement extérieur qui pourrait atteindre 80% en 2023 (actuellement est de 70%), sans perdre de vue la difficulté de sortir sur les marchés financiers internationaux. Vu la régression de la notation souveraine de la Tunisie et la hausse des risques pour la destination de Tunisie.Outre, la rareté de la liquidité sur le marché international.

Quant à l’endettement intérieur, il est, également, très élevé, selon M. Hassen. Ce  qui entraverait le financement du secteur privé. Surtout si le gouvernement décide de reporter le remboursement des tranches dues au titre de  la dette intérieure pour 2020.

Mohsen Hassen: des conditions étranges concernant la souscription nationale

Toujours concernant l’endettement intérieur, il a fait valoir que l’exécutif a décidé de procéder à une souscription nationale. Mais à des conditions qu’il a jugées ” étranges “. Parmi lesquelles la fixation de la valeur nominale des bons à 100 mille DT. Ce qui fait que cette suscription nationale sera destinée à une couche sociale bien déterminée et non au grand public.

A cet égard, il recommande de réviser les conditions de cette souscription nationale. Et ce, en proposant qu’elle soit effectuée d’aussi bien en dinars qu’en devises. Afin de permettre aux Tunisiens à l’intérieur et à l’étranger d’y participer.

Mohsen Hassen souligne, enfin, que la situation économique de la Tunisie est à la fois délicate et dangereuse. Même si le pays est capable de s’en sortir, si les conditions nécessaires sont réunies. Dont la maturité de la classe politique et la conscience collective de la gravité de la situation.

(Avec TAP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here