Pauvreté, solidarité et coronavirus

Solidarité internationale

Le Covid-19 a des capacités de propagation exponentielles. Né en Chine, ce virus s’est propagé sur tous les continents à une vitesse incroyable. Sur le plan strictement sanitaire, il est manifeste que les personnes âgées de plus de 70 ans ou souffrant déjà d’une maladie chronique font partie des populations les plus à risque face au coronavirus. Mais au-delà de ce paramètre, la pandémie fait resurgir les déséquilibres nationaux et mondiaux, les inégalités entre individus et entre Etats. Il faut en tenir compte dans la lutte contre le virus.

Mercredi dernier, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a alerté contre le risque de millions de morts dans les pays pauvres. Dans ces conditions, la solidarité devient un impératif politique et humanitaire. Elle doit jouer tant dans les sociétés nationales, que dans les relations internationales. Des signes encourageants, mais insuffisants, se manifestent en la matière.

Solidarité nationale

Scientifiquement, le coronavirus est « socialement aveugle ». Il s’attaque aux individus quelle que soit leur classe sociale. Il affecte indistinctement les riches comme les pauvres. Sauf que dans la vie pratique, ces derniers s’avèrent plus exposés au virus. Ils n’ont pas forcément les moyens de se protéger (à travers des tests et masques efficaces). Et de vivre un confinement synonyme de perte de revenus de substance.

C’est ainsi que le coronavirus risque de toucher les pauvres de manière démesurée– tant sur le plan sanitaire et du taux de plus forte mortalité, que sur le plan socio-économique–, ce y compris dans les pays riches. Notamment ceux dont le système de santé dysfonctionne ou est largement privatisé comme aux Etats-Unis.

En Inde, le confinement total des populations pauvres s’avèrent mission impossible dans les centres urbains. Face à l’exode vers les villages, le gouvernement a annoncé un plan d’aide de 20 milliards d’euros. L’objectif étant de fournir de la nourriture aux plus démunis.

Les aides publiques se concentrent aujourd’hui sur les entreprises, afin d’amortir « au mieux » la crise économique qui se dessine. Mais il est de la responsabilité des Etats de ne pas aggraver les inégalités (sanitaires, sociales etc.). Et ce, en laissant les plus démunis à leur triste sort.

Aussi, force est de reconnaître que l’action publique ne suffira pas. Ce sont les sociétés elles-mêmes qui doivent se mobiliser pour les plus vulnérables. La société tunisienne, comme d’autres, a déjà montré sa capacité de mobilisation via ses associations ou ONG ou à travers une série d’initiatives individuelles aussi louables que salutaires. Ces actes de solidarité doivent prendre une dimension internationale. Elles doivent responsabiliser les pays riches ainsi que les organisations internationales.

Solidarité internationale

La Tunisie bénéficie d’actes de solidarité internationale qu’il faut savoir saluer. D’abord, l’Union africaine a annoncé l’envoi de masques et tests. Ces équipements relèvent des matières de première nécessité dans la lutte contre la propagation du virus.

Ensuite, le Fonds monétaire international (FMI) va débloquer 400 millions de dollars (environ 371 millions d’euros). Et ce, pour venir en aide à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus.

Enfin, l’Union européenne a également décidé d’octroyer 250 millions d’euros à la Tunisie. C’est un appui budgétaire sous forme de dons pour l’aider à lutter contre la propagation du nouveau coronavirus et ses conséquences socio-économiques. Une aide financière complétée par le renforcement d’un programme de soutien au secteur de la Santé.

Des décisions qui tendent à signaler une forme de responsabilisation des organisations internationales face à l’épreuve vécue par des Etats déjà en difficulté.

Au-delà du cas tunisien, la solidarité à l’échelle internationale s’impose. Pour faire face à la crise sanitaire, les pays les plus pauvres auront besoin d’une aide en matière de santé publique. Mais aussi de soutien économique et financier.

Pallier aux défaillances étatiques

L’ONU a ainsi lancé un « plan de réponse humanitaire mondial » assorti d’un appel aux dons à hauteur de deux milliards de dollars. Et ce, au regard de la situation particulièrement préoccupante pour des Etats faillis ou affaiblis par des infrastructures et de systèmes de soins déstructurés et/ou insuffisants.

Une situation qui se traduit concrètement par le fait que près de trois milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau courante et le savon pour se protéger du virus et de sa propagation…

Même si la situation épidémique n’est pas encore catastrophique dans ces zones, les ONG risquent de se retrouver rapidement en première ligne pour prévenir un certain nombre de contaminations. Et lutter contre la propagation du Covid-19 et pallier ainsi aux défaillances étatiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here