Aldellatif El Mekki : le recours à la chloroquine sous la loupe des experts et des scientifiques

chloroquine

« Le recours à la Chloroquine pour le traitement des personnes contaminées par le coronavirus est en cours d’examen », a affirmé samedi Aldellatif El Mekki, ministre de la Santé, lors d’un point de presse au siège du ministère.

El Mekki a révélé que les ministères de la Santé et de la Recherche scientifique ont consacré un fonds de 2,5 millions de dinars. Et ce pour le financement des recherches et des expériences sur l’usage de la chloroquine dans le traitement du coronavirus.

« Le ministère a donné son accord pour l’usage du chloroquine dans certains cas spécifiques », a-t-il précisé.

El Mekki a ajouté que le ministère de la santé est en train d’aménager les hôpitaux pour accueillir les personnes contaminées.

« Nous sommes en train de réserver des parties des hôpitaux publics pour les personnes pouvant être atteinte du coronavirus. Et ce indépendamment du degré de gravité de leur situation », a-t-il souligné.

Selon El Mekki, toute personne nécessitant une réanimation aura accès à tout dont elle a besoin. Et cela, malgré les modestes moyens disponibles.

« Nous avons misé sur les efforts du ministère et de ses différents départements. Ainsi que sur une stratégie bien détaillée pour l’exploitation maximale des ressources et des équipements de nos établissements », a-t-il affirmé.

Ainsi les services d’urgence feront un tri des personnes à l’entrée. L’objectif étant de détecter les patients présentant les symptômes du coronavirus, selon El Mekki.

« Les personnes présentant des symptômes de la maladie poursuivront un circuit spécifique pour une prise en charge totale », a-t-il expliqué.

En effet, « une cellule de veille, regroupant des médecins et des administrateurs, sera mise en place dans chaque hôpital pour faire le suivi de la concrétisation des différentes stratégies », a-t-il encore dit.

Particulièrement les personnes ayant une insuffisance rénale chronique bénéficieront d’un protocole spécifique. Elles doivent faire des séances régulières d’hémodialyse, a encore noté le ministre de la Santé.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here