Les produits dérivés pour renforcer le marché des capitaux

produits dérivés et marché des capitaux

IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, le Forex Club de Tunisie et le Fonds de change en devises locales (TCX)  organisaient un atelier. Celui-ci portait sur les produits dérivés et le marché des capitaux. Il réunissait plus d’une centaine de hauts représentants de la Banque centrale et du Gouvernement. Mais également des plus importantes banques commerciales et institutions de micro-finance du pays.

En effet, ces partenaires se sont associés pour permettre aux banquiers et aux acteurs de cette filière de débattre. Et ce, au sujet des exigences légales et réglementaires en matière de produits dérivés pour le dinar tunisien. Objectif: renforcer le marché des capitaux en Tunisie et améliorer l’accès au financement.

A cet égard, ils ont discuté des évolutions sur les marchés des capitaux dans la région. Et ce, en vue d’aligner le cadre réglementaire du marché tunisien des produits dérivés sur les normes internationales. Ceci contribuera à élargir les options en matière de produits dérivés de change pour le dinar tunisien. Car, de nombreux instruments tels que les swaps de devises peuvent être utilisés par les institutions financières comme outils de maîtrise des risques liés aux opérations de change. Et ainsi offrir un meilleur accès au financement.

Améliorer le marché des capitaux est primordial

D’ailleurs, « ces dernières années, la Tunisie a mis en œuvre un certain nombre de réformes et d’initiatives. Elles visent à renforcer le développement du secteur privé. Car, améliorer le marché des capitaux est primordial pour un développement durable. Toutes les conditions sont réunies pour une transition réussie. Et ce, d’autant plus que la politique monétaire menée par la Banque centrale est efficace. Les taux d’intérêt sont transparents. La dynamique de marché des taux de change est saine ». C’est ce que tenait à souligner Othman Boukrami, Directeur du Trading de TCX.

Puis, il poursuit: « En tant que TCX, nous sommes ravis de nous joindre à l’industrie de la finance tunisienne et à aux acteurs du financement du développement. Afin de partager nos connaissances sur les produits financiers. Et continuer à innover pour permettre au marché de structurer des solutions de couverture des taux d’intérêt et des taux de change. Tout ceci pour rendre possible la poursuite de la croissance du secteur productif tunisien. De même que pour renforcer sa compétitivité, dans une conjoncture internationale complexe. »

Faire émerger une véritable courbe des taux

« La transition démocratique a été une période longue et tumultueuse en Tunisie. Néanmoins, ce pays est parvenu à surmonter de nombreux défis notamment aux plans sécuritaire, social, institutionnel et politique », déclarait pour sa part Bechir Trabelsi, Président du Forex Club de Tunisie.

« Le défi aujourd’hui est de relancer la croissance. La reprise des investissements locaux et étrangers est au cœur de cette relance économique; et les instruments de couverture, spécialement à moyen et long termes, seront le bouclier des investisseurs. Le Forex Club de Tunisie est plus que jamais conscient de la nécessité de faire émerger une véritable courbe des taux en Tunisie. C’est une condition sine qua non du développement du marché des produits dérivés. Pour que ce projet devienne une réalité, le FOREX Club s’est engagé à collaborer avec les autres parties prenantes, notamment la Banque centrale et l’association des banques. Et à impliquer aussi les départements Marché de toutes les banques locales », a-t-il assuré.

Gestion des risques et d’investissement

« Cette rencontre est une étape importante dans la poursuite des efforts. Et ce, en vue de renforcer les capacités et le dialogue entre les investisseurs et les acteurs du marché des capitaux en Tunisie. Nous espérons que nos discussions ont permis aux participants de mieux comprendre leurs options en matière de mise en œuvre des stratégies de gestion des risques et d’investissement dont ils disposent dans diverses classes d’actifs et différents instruments financiers », estimait pour sa part, Georges Ghorra, Représentant Résident de IFC en Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here