Khawla Ben Aïcha : « Le système électoral ne permet pas de dégager une majorité claire »

système électoral

Notre système électoral comment est-il perçu? A quoi sert l’ISIE d’organiser des élections si on ne tient pas compte des résultats des élections législatives? Que pense le parti Machrou3 Tounes?

Khawla Ben Aïcha, membre du bureau exécutif chargée des relations extérieures, du mouvement Machrou3 Tounes et ancienne députée revient sur le rôle que doit assumer l’ISIE ainsi que sur le budget alloué aux élections législatives, dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com

Rappelons que les fonctions de l’Isie sont déterminées dans l’article 126 pas son budget est établi par son conseil et soumis à l’ARP pour le vote.

Aujourd’hui, le rôle de l’ISIE est clair: celui de gérer et d’organiser les élections et référendums. Assurer le bon déroulement du processus électoral et sa transparence. Ainsi que la proclamation des résultats.

De ce fait, Khawla Ben Aïcha estime que son rôle est donc essentiellement organisationnel et administratif. Elle ajoute: « Le caractère d’instance indépendante lui octroie une certaine autonomie dans ses choix.  Et dans la gestion de son budget.  »

Et de poursuivre: « Son budget sert également, au-delà de l’organisation des élections et le versement des salaires à ses membres et fonctionnaires, à la formation continue. Ainsi qu’ aux campagnes de sensibilisation des citoyens aux enjeux électoraux qui est un rôle tout aussi important « .

Une fois les résultats des élections promulgués, l’ISIE n’est donc pas responsable de ce qu’en font les partis et l’Assemblée dans la composition du gouvernement. Comme dans le cas des gouvernements qui se sont succédé ces dernières années.

Khawla Ben Aïcha : « La responsabilité incombe plutôt à la loi électorale »

Selon Khawla Ben Aïcha, la responsabilité incombe plutôt à la loi électorale. Et au mode de scrutin choisi et que l’ISIE a l’obligation de respecter lors de l’organisation des élections. Comptabilisation des voix et déclaration des résultats comprises .

Elle revient sur le système électoral qui, selon elle, ne permet pas de dégager de majorité claire pour gouverner.  Et respecter la volonté du peuple. Cela dit,  le Conseil de l’ISIE a une petite responsabilité quand il s’agit de faire certains choix pouvant influer sur la participation ou non des citoyens aux élections. Puisque le Conseil a la liberté de choisir et de mettre en oeuvre le calendrier électoral.

Cela dit, le meilleur exemple, d’après Mme Ben Aïcha, lors des dernières élections lorsque certains partis ont exigé la totale séparation entre les élections législatives et présidentielles de 2019. Allant même jusqu’à suggérer qu’elles pourraient avoir lieu simultanément dès le premier tour.

Elle conclut : « Le Conseil de l’ISIE a pris une tout autre direction qui a été jugée par plusieurs acteurs politiques et de la société civile comme semant la confusion. Pis encore, cela a rebuté l’électeur quant à la participation au vote.  D’où la décision d’organiser les élections législatives entre les deux tours des présidentielles.  Ce qui a causé en plus de l’amalgame dans l’esprit des citoyens entre les enjeux des deux élections, une sorte de bipolarisation pour les législatives. Ainsi qu’une réticence à participer au vote vu leur récurrence en un laps de temps très réduit ( 3 élections en presque deux mois ) »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here