Abir Moussi : « Notre rôle au Parlement est de révéler la vérité »

Abir Moussi

Abir Moussi, Présidente du Parti Destourien Libre (PDL), est revenue sur ce qui s’est passé durant les 48 heures passées, sur les ondes de Mosaïque fm.

De ce fait, Abir Moussi est revenue sur son agression hier à l’intérieur du Parlement. Elle a notamment évoqué le rassemblement survenu à l’intérieur du Parlement durant lequel figurent des anciens de la Ligue de Protection de la Révolution, plus connue sous sous le nom de « LPR ».

Elle précise dans ce contexte : « Ces fameux LPR m’ont visée personnellement, ainsi que les députés du PDL. D’ailleurs, une vieille dame s’est jetée sur moi et a failli me frapper. Fort heureusement que les agents de sécurité sont intervenus ».

En outre, elle dénonce le parti Ennahdha d’être le principal responsable des agressions. Tout comme elle l’accuse d’affaiblir les institutions de l’Etat. Elle ajoute : « Ce même mouvement a l’intention de nuire à la souveraineté nationale. D’ailleurs, la rencontre entre Rached Ghannouchi et le Président Turc en dit long sur ce sujet. C’est la souveraineté du pays qui est en jeu ».

Elle a également rappelé avoir déposé une plainte en date du 19 décembre 2017, contre le mouvement Ennahdha. Et d’ajouter qu’il est le principal responsable de l’envoi des jeunes dans les zones de tension et, de ce fait, de leur radicalisation.

Abir Moussi : « La Tunisie est vraiment en danger »

Dans ce contexte, elle précise :  » Notre rôle au Parlement est de révéler la vérité à l’opinion publique. Ennahdha est un danger politique. Il suffit qu’il y ait 73 députés prêts à signer une pétition. Et ce, en vue de destituer Rached Ghannouchi et 109 députés qui adoptent cette initiative. Rappelez-vous les 134 députés qui ont fait tomber le gouvernement Jemli. Il en est de même pour celui de Ghannouchi ».

Elle conclut :  » Peu importe ma personne, ils peuvent me tuer, mais il y aura des milliers comme moi qui vont se mobiliser et sauver le pays. Car la Tunisie est vraiment en danger. Et ce qui se passe est plus grave qu’il en a l’air ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here