JES 2019 : crise politique et défis à relever pour un Etat fort

IACE crise politique

« Crise politique : pour un Etat efficace », tel est l’intitulé du premier panel de la 34ème édition des Journées de l’Entreprise (JES 2019), tenue les 6 et 7 décembre à Sousse.

Ce panel sur la crise politique a été présidé par Mohamed Ennaceur, ancien président de la République, Youssef Chahed, chef du gouvernement, Abdullah Gül, ancien Président de la Turquie et Alexis Tsipras, ancien Premier ministre de la Grèce.

A cette occasion, les intervenants ont mis l’accent sur la crise politique que nous vivons et des défis qu’elle soulève. Et ce, en envisageant des alternatives.

Taieb Bayahi : « Il est dans l’intérêt de l’entreprise d’avoir un Etat solide et fort »

Ainsi, dans son discours d’ouverture, Taieb Bayahi, président de l’IACE, a annoncé que les Tunisiens savent que le pays vit une crise économique, financière, et sociale profonde. Et l’espérance en est considérablement assombrie.

« Ce n’est pas du pessimisme que de dire que l’heure que vit notre pays est particulièrement grave. Nous pensons que nous ne pouvons plus continuer à louvoyer. Et qu’il est temps d’employer un langage de vérité et surtout d’agir », a-t-il souligné.

Et de déclarer : « Il est indispensable que le gouvernement élabore une vision politique et économique claire. Il pourra, d’ailleurs, insuffler une nouvelle dynamique de réformes de l’État. Et gagner la confiance des Tunisiens et de tous les investisseurs. Notamment pour créer de la valeur, l’emploi, la richesse à partager et la dignité ».

Pour que les choses changent. M. Bayahi assuré que l’entreprise est le moteur principal de la création de richesse de notre société. « Sans une entreprise dynamique et en bonne santé, la pérennité de notre économie, notre développement et  l’emploi sont menacés. Elle a besoin d’un Etat solide, bien géré, qui assume ses fonctions efficacement. Il est dans notre intérêt d’avoir un Etat fort. Il y va de la survie de notre pays et  de son indépendance ».

Nafaa Ennaifer : « Oser le changement »

Le coordinateur des JES auprès de l’IACE, Nafaâ Ennaifer, a précisé : « La Tunisie a perdu une décennie sans aucune amélioration. Aux côtés de nos anciens problèmes (chômage, faible inclusion sociale….), se sont ajoutés de nouveaux enjeux. Ces derniers ont trait à la détérioration des services publics, l’endettement, le déficit budgétaire, la non amélioration de l’attractivité économique du pays… ».

Et d’ajouter : « Il est temps de définir les réformes à engager pour faire face aux défaillances existantes. Ainsi que les actions à mettre en place pour dégager les moyens financiers nécessaires et concevoir les stratégies adéquates. Pour ce faire, il faut oser le changement. Un changement qui nécessite des besoins de ressources (financières et humaines), du leadership fort et des compétences de gouvernance ».

Abdullah Gül : « Il faut investir dans l’éducation des jeunes »

Abdullah Gül a précisé que la réussite du processus démocratique en Tunisie est extraordinaire. « Pour enraciner la démocratie, à côté des réformes administratives, juridiques et structurelles, un changement des mentalités est essentielle », a-t-il estimé.

Et de préciser : « Le changement nécessite, également, la mise en place d’un environnement sain et libre pour booster l’investissement. S’ajoute à cela un système de bonne qualité des droits ».

Il a affirmé que le créneau de développement est aussi nécessaire. Ce qui impose d’aller vers les ODD, notamment pour les pays qui manquent de ressources naturelles comme la Turquie et la Tunisie. « Ceci nécessite la mise en place de l’Etat de droit, d’une économie de  marché libre, des investissements à court, moyen et long termes… ».

Le responsable turc a souligné, dans ce sens, que la Tunisie est un pays attractif. Mais son problème consiste dans la diversification des investissements. Aujourd’hui, il demeure nécessaire, selon lui, d’investir dans l’éducation des jeunes. « Je suis confiant que la Tunisie, avec ses jeunes éduqués,  atteindra le niveau de développement et progrès souhaité. Il faut donc les encourager pour entreprendre. », dit-il.

Dans le même sillage, il a estimé qu’il faut enraciner la paix, le bien-être, la liberté d’expression et l’égalité des opportunités. Par conséquent, le développement suivra forcément.

Pour conclure, il a annoncé : « La Tunisie est une véritable inspiration pour les autres pays. En Turquie, nous suivons d’une manière étroite la coopération politique et économique avec la Tunisie et nous l’appuyons complètement. Votre succès est le nôtre ! ».

Alexis Tsipras : « Des réformes audacieuses s’imposent »

Pour sa part, Alexis Tsipras a indiqué que pour relever les défis économiques et ne pas rester dépendant du FMI, l’Etat tunisien a déployé beaucoup d’efforts. Mais il reste des défis à relever pour améliorer la situation du pays.

Il s’agit, selon ses propos, de développer et restaurer l’image du pays, confronter la crise économique et relever les défis sociaux, notamment en lien avec le chômage. Ainsi que de lutter contre la fuite des cerveaux essentiellement les jeunes. « Des réformes audacieuses s’imposent pour rendre la vie des jeunes meilleure. C’est notre plus grande responsabilité », a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here