L’UGTT tire la sonnette d’alarme face aux menaces à son encontre

UGTT

L’UGTT dénonce les menaces auxquelles elle fait face. Ainsi, Noureddine Taboubi, le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), revient sur les attaques à l’encontre de la centrale syndicale. Et ce, lors d’un meeting tenu hier. 

En effet, il souligne que l’UGTT se trouve dans le collimateur de parties. Elle est la cible de menaces réelles. Elles prennent notamment la forme de campagnes savamment orchestrées. 

Et de préciser dans ce contexte: « Il y a en effet une orientation politique qui cherche à réduire le rôle de l’organisation syndicale à travers les diffamations. »

De plus, il ajoute que cette entité malveillante essaie de nuire à l’UGTT. « Il est nécessaire de nous organiser, afin de protéger les pratiques syndicales », poursuit-il.

En outre, Noureddine Tabboubi lance un appel à la mise en place d’un prochain gouvernement basé sur un programme socio-économique.

UGTT : le gouvernement doit trouver des solutions

Par ailleurs, il indique que la Tunisie a besoin d’un gouvernement qui soit capable de trouver des solutions. Et notamment au problème de la dette.

En outre, M Taboubi annonce que l’organisation syndicale annoncera, bientôt, son programme socio-économique. Tout en soulignant que l’atteinte aux droits syndicaux s’inscrit dans un contexte libéral international destiné à réduire le rôle des syndicats et des mouvements sociaux.

Rappelons que l’UGTT est actuellement visée par une campagne de dénigrement. Campagne orchestrée selon elle par le mouvement Ennahdha et la coalition Al Karama. 

De son côté, Sami Tahri, le secrétaire général adjoint de l’UGTT  précise que « les menaces ont ciblé en personne le secrétaire général de l’Union régionale de Sfax, Abdelhédi Ben Jomâa. Cette menace induit également la centrale syndicale. Ce qui se passe s’inscrit dans le cadre d’une campagne menée contre l’UGTT principalement par le mouvement Ennahdha et la coalitionAl Karama« . 

Enfin, notons qu’à chaque sortie médiatique, Seif Eddine Makhlouf, chef du parti Al Karama, hausse le ton et procède voire même à des agressions verbales. 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here