PLF 2020 : baisse de la retenue à la source sur les œuvres culturelles

PLF 2020 - l'économiste maghrébin
Le PLF 2020 prévoit une baisse de la retenue à la source pour les œuvres culturelles et artistiques de 15% à 5%.

Le projet de Loi de finances 2020 – PLF 2020 prévoit une baisse de la retenue à la source pour les honoraires des artistes, écrivains et tous les acteurs de la scène culturelle. Ainsi, la retenue à la source passerait de 15 à 5%.

En effet, cette mesure concerne les artistes et créateurs au titre de production, diffusion et présentation des œuvres théâtrales, scéniques, musicales, littéraires et d’arts plastiques.  La retenue à la source de  15% sur les rémunération  spécifiques, dues aux  artistes cinématographiques et aux détenteurs des droits d’auteur et des droits voisins sera, à l’entrée en vigueur de la PLF 2020 de 5% uniquement.  Ainsi, le PLF 2020 vient au secours de la Culture.

Il est à noter que plusieurs créateurs culturels considéraient qu’une retenue à la source de 15% était excessive. Pour eux, il s’agit d’une mesure qui n’est pas de nature à encourager la création culturelle et artistique en Tunisie. D’ailleurs, la création culturelle se trouve dans une situation critique pour plusieurs raisons.

La première raison porte sur la difficulté de l’accès au financement bancaire. La deuxième raison est la complexité des démarches administratives pour les entrepreneurs culturels. A tire d’exemple, l’ouverture d’un espace culturel est soumise à une longue procédure.

Le troisième facteur résulte des difficultés de convaincre les sponsors et les mécènes de financer ou parrainer des événements culturels. Si les événements culturels et artistiques de grande ampleur ne peinent pas à accéder au soutien des sponsors. Il n’en est pas de même pour les nouveaux-nés de la scène culturelle.

Ainsi, cette mesure, en cas d’adoption, pourrait inciter les artistes à produire davantage. Elle pourrait leur fournir encore des recettes dont ils ont besoin.

Faut-il encore rappeler que les institutions de l’Etat, notamment le ministère des Affaires culturelles, demeurent les principaux bailleurs de fonds pour la scène culturelle. Ce soutien se manifeste par l’acquisition annuelle de toiles et d’ouvrage de créateurs. D’ailleurs le ministère publie un rapport annuel sur le budget alloué à l’acquisition des œuvres littéraires et artistiques des créateurs tunisiens. Notons aussi que les projets culturels ont aussi leur propre schéma de financement comme tout autre projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here