Crise en Libye : la Tunisie favorable au dialogue et au consensus

Crise en Libye

Un entretien a eu lieu vendredi entre le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, et le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Libye, Ghassan Salameh.

Au centre de cet entretien, les derniers développements en Libye et les efforts déployés par l’envoyé de l’ONU. Et ce, pour combler le fossé entre les parties et relancer le processus politique sous les auspices des Nations unies.

Ainsi, le ministre a réitéré le soutien de la Tunisie aux efforts déployés par l’envoyé des Nations unies en Libye. En vue de la mise en œuvre intégrale du plan d’action des Nations unies pour parvenir à un règlement politique global de la crise libyenne.

De plus, le ministre a rappelé la position de la Tunisie. En effet, elle est favorable au dialogue et au consensus comme seul moyen de faire aboutir le processus politique en Libye. Par l’arrêt immédiat des combats et une solution politique de la crise en Libye.

En outre, le M. Jhinaoui revient sur le rôle central du dossier libyen dans la diplomatie tunisienne. Il précise qu’il est placé au premier plan de ses priorités. Compte tenu des relations étroites existant entre les deux peuples frères. Et des répercussions directes des développements en Libye sur la sécurité et la stabilité en Tunisie; ainsi que dans la région en général.

Aider les frères libyens

Dans ce contexte, il souligne le rôle clé des pays voisins de la Libye, en particulier de la Tunisie. Laquelle contribue activement à toutes les initiatives visant à aider les frères libyens à surmonter leurs divergences et à revenir à la table des négociations. Afin qu’ils puissent se consacrer aux efforts de développement et renforcer leurs institutions constitutionnelles.

Le ministre des Affaires étrangères a également informé l’envoyé spécial des Nations unies du contenu de sa rencontre jeudi avec les ambassadeurs des membres permanents du Conseil de sécurité. Avant que la Tunisie n’intègre début janvier prochain le Conseil de sécurité des Nations unies en tant que membre non permanent. Il a précisé que cette rencontre a mis l’accent sur l’importance du retour du dialogue interlibyen, l’appel à mettre fin à l’ingérence étrangère et le rejet de toute solution militaire à la crise.

Pour sa part, Ghassan Salameh a salué les efforts de la Tunisie pour rapprocher les parties libyennes et les exhorter à engager un dialogue et à négocier une solution politique à la crise dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here