Hatem Ben Salem, l’homme tranquille

M. Hatem Ben Salem

Alors que beaucoup parmi ceux qui ont pris une belle raclée électorale sans avoir eu le courage de se demander comment le ciel a-t-il bien pu leur tomber sur la tête, se voyaient déjà dans le costume très convoité de ministre de quelque chose, il est resté concentré sur son sujet, et serein. Loin du tohubohu et plus préoccupé de réussir une rentrée scolaire toujours à haut risque, qu’autre chose.

Lui, c’est Hatem Ben Salem, le ministre de l’Education reparti pour un autre tour. Alors que les chantiers de la réforme de l’éducation sont toujours ouverts.

Hatem Ben Salem, le ministre du département le plus compliqué à gérer, mesure l’immensité et la difficulté de la tâche; mais reste lucide. Il en faudra des tonnes pour dégraisser le mammouth; et il en faudra pour cela plus d’un ministre de l’Education. Hatem Ben Salem l’a dit l’autre jour à Mariem Belkadhi sur ElHiwar Ettounousi. Elle l’interrogeait sur la rentrée scolaire, sur les perspectives à venir, ainsi que sur ce qu’il pense de l’actualité politique. Sans omettre bien sur de le titiller à propos de son avenir politique.

Le ministre n’a rien esquivé et s’est même lâché sur le déroulement de la campagne du premier tour de l’élection présidentielle. Et sur les résultats qu’elle a dégagés; en pointant du doigt, sans jamais les nommer, tous les candidats. En disant tout le mal qu’il pense du personnel politique actuel.

Le ministre toujours disponible

A une question de la journaliste qui lui demandait s’il se voyait poursuivre son bail à la tête du ministère, le ministre Ben Salem a eu cette réponse : je reste disponible au cas où… Certains y verraient bien un oui. Avec tous les problèmes que connait son ministère, il aurait bien pu ajouter : je reste aussi zen malgré toutes les tentatives de déstabilisation.

Et cela se voit, puisque le ministre est toujours à son poste. La preuve que la meilleure attitude consiste à aller toujours de l’avant en osant. Et oser un tant soit peu dans un secteur qui est dans l’œil du cyclone des conservateurs de tous poils qui ne cachent pas leur volonté de faire une OPA sur un département réputé sensible, n’est pas de tout repos.

N’empêche, qu’il pleuve, qu’il neige, ou qu’il tonne, l’ancien diplomate est décidé à aller jusqu’au bout. On appelle cela, rester stoïque. Et à chaque crise avec les syndicats, il a toujours fait en sorte de ne pas attiser un feu qui n’a jamais cessé de couver. Et ce, en faisant toujours appel à ses qualités d’habile négociateur qui ne ferme jamais la porte. Comme il tient toujours à le souligner. Déjà trois ans à Bab Bnet, cela relève de la performance. Comme quoi, seul le sérieux en plus de la compétence paient.

Le Bac sport, ceux qui sont contre le retour du concours de la sixième, et un tas d’autres mesures allant dans le sens de la vraie réforme; sans oublier les partisans des cours particuliers, doivent certainement en vouloir à un ministre qui dérange. Ce dernier n’en a cure. Mais sait se monter conciliant quand les conditions l’exigent…

Quel avenir pour Hatem Ben Salem?

Je verrais bien Hatem Ben Salem retourner dans le giron diplomatique. Domaine où pour la période qui s’annonce il peut énormément apporter de part l’expérience acquise. Loin des contingences du sérail politique et à l’heure où la diplomatie ambitionne de relever plusieurs défis. Je pense que l’ancien secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères pourrait être à coup sûr, l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

M. Ben Salem, qui est aussi doublé d’un brillant universitaire, a toutes les qualités requises, physiques, intellectuelles et morales. Avec la prestance en plus, en ces temps maudits d’appauvrissement tous azimuts. Mais cela, reste au final un avis.

On verra bien ce qu’il en adviendra. Alors que l’on peut déjà prévoir que ce sont les calculs bassement partisans qui vont certainement prévaloir dans une bataille électorale. Celle-ci reste toujours incertaine, quoi qu’aient pu annoncer les premiers résultats.

Depuis la débâcle et le déluge de critiques toutes aussi acerbes que féroces, les mauvais perdants veulent nous démontrer qu’ils ont compris…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here