SYNAGRI: placer l’agriculture au cœur des programmes électoraux

SYNAGRI

Le Syndicat des agriculteurs de Tunisie (SYNAGRI) a appelé, vendredi, les candidats aux législatives, « qu’ils soient de listes de partis, de coalition ou membres indépendants », à placer l’agriculture au cœur de leurs programmes électoraux et à « défendre le secteur au sein du prochain parlement ».

« Il y a une absence de vision et de politique à long terme du secteur agricole dans les programmes des partis. Il y a aussi une concentration sur d’autres secteurs tels que le tourisme, l’industrie et l’énergie ». C’est ce que déclare le président du SYNAGRI, Karim Daoud, lors d’une conférence de presse.

Il précise : le syndicat a préparé une initiative concernant les attentes des agriculteurs et les propositions pour réformer le secteur.

Propositions du SYNAGRI

Les agriculteurs appellent à instaurer un régime fiscal spécifique. Ce régime doit prendre en considération les particularités du secteur. En plus à créer une Banque Coopérative Agricole et à faciliter l’accès des agriculteurs à des crédits avec des taux d’intérêt préférentiels.

« Le prochain parlement devrait promulguer des lois au profit de l’agriculture et de la pêche. A l’instar de la loi sur l’investissement et à accélérer l’adoption d’une loi régissant le statut d’agriculteur », estime le SYNAGRI. Le syndicat a appelé à permettre exclusivement aux agriculteurs exerçant uniquement et directement des activités agricoles de profiter des avantages fiscaux.

Le syndicat appelle aussi à accélérer l’annulation des dettes des agriculteurs . Que la Banque centrale réduise, le taux d’intérêt de deux points pour qu’il soit « adapté à la réalité du secteur ».

« Le syndicat a appelé à la révision du Code des hydrocarbures ( applicable depuis 25 ans sans mise à jour). Ainsi que la règlementation du secteur des volailles qui souffre de difficultés structurelles », selon le SYNAGRI.

Le premier responsable du SYNAGRI a rappelé « l’effondrement » de plusieurs filières agricoles dans celle des volailles et des laitages. Karim Daoud estime que la situation du secteur est plus que jamais « préoccupante ». Pour ce, le syndicat,  » pourrait soutenir les listes électorales qui proposent des politiques et des programmes spécifiques à l’agriculture ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here