Youssef Chahed: « Aucun accord n’a été conclu avec Ennahdha »

Au programme: Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, la lutte contre la corruption,et d’autres sujets. Youssef Chahed, candidat de Tahya Tounes à la présidentielle, était l’invité sur Attessia TV.

Youssef Chahed  souligne que s’il s’est présenté à la présidentielle parce qu’il incarne, selon ses dires la nouvelle génération de la classe politique.

Il estime que les jeunes doivent avoir des postes plus importants. Il déclare: “ Je veux bâtir un Etat équitable où le citoyen  se sent citoyen à part entière. Tout comme je continue ma lutte contre la corruption et les corrompus. »

Tout comme il s’engage à mettre un terme aux anciennes mentalités en faisant la promesse de ne pas impliquer sa famille dans la vie politique s’il est élu président. 

Pour ce qui est de son programme, il a l’intention de mettre en place la Cour Constitutionnelle. 

 

Sur la question, des relations tendues avec le directeur exécutif de Nidaa Tounes Hafedh Caïd Essebsi, il a répondu: “Arrêtons de parler de lui, pour moi il est déjà parti tout en ajoutant  que Nidaa Tounes, sous la direction de Hafedh Caïd Essebsi, n’avait pas soutenu son gouvernement.

Par ailleurs, le volet économique, à savoir son bilan. Il admet qu’il y a eu des échecs, tout en insistant que la situation durant laquelle il s’est retrouvé n’était pas non plus favorable. 

Youssef Chahed: « La mafia politique et médiatique vit ces derniers jours »

 En outre, sur les propos du secrétaire général de son parti, Slim Azzabi selon lesquels il évoque le pullelement “d’une mafia médiatique et politique”, il a rappelé: “ Nous menerons la guerre contre la mafia” qui s’inscrit dans la lutte contre la corruption. Tout en ajoutant: “Elle vit ces derniers jours”. 

Par ailleurs, il  reproche la lenteur, voir même certains blocages de certains projets de loi, dans le Parlement. Il estime : A mon avis, si j’ai la possibilité de faire autrement via des décrets et des arrêtés, je le ferai. Car à l’heure actuelle, plus  de 100 projets de loi sont bloqués au Parlement”. 

 Et enfin,  l’affaire de l’appareil secret d’Ennahdha, le candidat de Tahya Tounes a assuré  est entre les mains de la justice. Pour ce qui est de l’islam politique, il affirme qu’il est contre la présence de l’islam politique et « qu’ aucun accord n’a été conclu avec Ennahdha », conclut-il.  

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here