Creusement du déficit commercial au premier trimestre

déficit commercial L'Economiste Maghrébin
La facture des importations s’est élevée, au terme des quatre premiers mois de 2019, à 22.113 MDT, en hausse de 18,7% sur un an.

Au terme des quatre premiers mois de 2019, le déficit commercial s’est élevé à 6,3 milliards de dinars, contre 5,1 milliards un an auparavant.

Selon une notre publiée par la Banque centrale de Tunisie, ce creusement du déficit commercial résulte d’une hausse marquante de la facture des importations, qui a dépassé 22 milliards de dinars, et une évolution moins importante des recettes d’exportation qui ont atteint 15,8 milliards de dinars.

Baisse en volume des exportations

Les exportations de biens ont totalisé, à fin avril 2019, 15.776 MDT, en hausse de 16,5% par rapport aux réalisations de la même période de l’année 2018.

« Cette progression traduit essentiellement, l’augmentation des prix à l’export de 19,7%, largement expliquée par la dépréciation du taux de change du dinar vis-à-vis des principales devises (13,5% face à l’euro et 20% face au dollar américain), durant ladite période », explique la note de la BCT.

Hors effet prix, les exportations en volume ont enregistré une baisse de 2,7%, sur les quatre premiers de l’année, contre une hausse de 13,1% une année auparavant.

La note de la BCT souligne que cette évolution est imputable principalement au repli des exportations du secteur agricole et d’agroalimentaires (-18,9%) fortement affecté par le repli des exportations d’huile d’olive (64,6 mille tonnes contre 107 mille tonnes à fin avril 2018).

Egalement, les principales industries exportatrices (IME et THC) ont accusé des baisses notables de leurs exportations en volume, de -2,7% et -1,8% respectivement, contre des hausses de 2,4% et 4,5% un an auparavant.

Toutefois, les exportations en volume des autres industries manufacturières se sont accélérées de 6,6% contre 3,9% à fin avril 2018, pour s’établir à 1.827 MDT contre 1.425 MDT un an auparavant.

Par ailleurs, les secteurs de l’énergie et de phosphate ont réalisé des hausses de leurs exportations en volume, de 5,2% et 33,2% respectivement, pour cumuler conjointement des recettes de l’ordre de 4,3 milliards de dinars contre 3,7 milliards, il y a un an.

La lourde facture des importations !

S’agissant des importations, leur facture s’est élevée, au terme des quatre premiers mois de 2019, à 22.113 MDT, en hausse de 18,7% sur un an. Le renchérissement des prix à l’import a fortement pesé sur la valeur des importations.

Evolution des importations : , les importations du secteur de l’énergie ont affiché la plus forte hausse, de 9,8%..

Ces derniers ont affiché une hausse de 21,1% après 19,4% durant la même période de 2018. Hors effet prix, les importations en volume se sont contractées de -2% contre une hausse de 1,6% un an auparavant. En détail, les importations du secteur de l’énergie ont affiché la plus forte hausse, de 9,8%, en relation notamment avec l’importante hausse des achats de gaz naturel (1.365 MDT contre 567 MDT à fin avril 2018).

Par ailleurs, la plupart des autres secteurs ont affiché des baisses, quoiqu’à des degrés différents: le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire (-3,6% contre 5,4% à fin avril 2018) ; les industries IME (-5,3% contre -0,6%), THC (-2,5% contre -2,9%) et mines et phosphates (-25,7% contre 3,7%).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here