Femme rurale… l’artisanat en alternative

femme rurale L'Economiste Maghrébin

Le Centre technique du tapis et des tissages lance une opération spécifique au profit des femmes artisanes dans plusieurs gouvernorats. Objectif : promouvoir l’emploi dans les régions intérieures. 

Cette opération s’inscrit dans le cadre de son plan de relance du secteur du tapis et des tissages traditionnels. Cette démarche a pour ambition d’accompagner les artisanes dans le lancement de projets pour leur propre compte et ce dans une perspective de fixer les populations dans leur région, de leur procurer une source de revenus stables dans les meilleures conditions de dignité et de sécurité, à travers la création des unités pilotes de production.

Créer un revenu aux femmes rurales

Cette démarche veut également, selon les responsables du Centre technique du tapis et des tissages, créer un revenu d’appoint aux activités exclusivement agricoles de la femme rurale.

Taoufik Mediouni, directeur général du Centre, ainsi que ses équipes ont déjà engagé les démarches nécessaires avec les autorités régionales et locales. Il s’agit de donner un contenu concret à des actions, dans le cadre d’une convention de partenariat entre le ministère du Tourisme et de l’Artisanat et le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, pour la formation de mille artisanes et le perfectionnement de cinq cents autres artisanes, en collaboration avec le Centre national de la formation continue et la promotion professionnelle.

« Notre ambition, dira encore Taoufik Mediouni est d’inciter vivement les représentants de la société civile dans nos démarches qui tendent à promouvoir l’entrepreneuriat et l’investissement dans les régions les plus défavorisées ».

Sans nul doute de telles démarches, si elles arrivent à être concrétisées dans les meilleures conditions, apporteront une importante contribution aux femmes rurales qui pourraient ainsi accéder à une meilleure alternative que celle de se déplacer dans des conditions dangereuses ou encore à la précarité d’une activité aléatoire. Le cas des femmes rurales de la Délégation de Sabballa dans le gouvernorat de Sidi Bouzid est édifiant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here