Supercoupe – EST / Raja Casablanca (vendredi à 17h) : un duel au sommet

super coupe l-economiste-maghrébin

L’arbitrage vidéo (VAR) sera utilisé pour la première fois dans la Supercoupe d’Afrique. Elle se tient demain vendredi à Doha, entre l’Espérance Sportive de Tunis (EST) et le Raja Casablanca.

La Supercoupe d’Afrique se jouera vendredi 29 mars à Doha au Qatar. Elle opposera l’EST, vainqueur de la Ligue des champions, au Raja de Casablanca vainqueur la Coupe de la CAF. Sachant que c’est la première fois de son histoire que cette compétition sera délocalisée en dehors du continent africain. En effet, traditionnellement, la Supercoupe se jouait sur le terrain de l’équipe vainqueur de la Ligue des champions d’Afrique.

La VAR sera utilisée dans le derby maghrébin

Ensuite, s’agissant de l’arbitrage, et contrairement aux rumeurs, le très controversé  arbitre algérien Mehdi Abid Charef ne sifflera pas cette Supercoupe d’Afrique. Car, l’arbitre central de cette finale sera l’Ethiopien Bamlak Tessema Weyesa. Le Soudanais Walid Ahmed Ali et le Sud-Africain Zakhele Thusi Siwela l’assisteront.

En outre, la CAF a annoncé mardi l’utilisation de la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage) dans ce derby maghrébin. Et c’est Bakary Papa Gassama qui sera aux commandes, avec deux assistants sénégalais, Djibril Camara et El Hadji Malick Samba.

Le Brésil de l’Afrique

Rappelons que les deux équipes sont de vielles habituées de cette compétition. Puisque l’Espérance disputera sa 4e Supercoupe. Elle l’emportait en 1995, mais s’inclinait les deux autres fois en 1999 et 2012.

Pour sa part, le Raja Casablanca disputera sa 3e Supercoupe, en s’imposant en 2000 et en s’inclinant en 1998.

Mais nonobstant les pronostics, et même si l’Espérance est considérée comme la grande favorite sur le papier, rien n’est gagné d’avance et la confrontation entre ces deux équipes maghrébines demeure incertaine, vu la qualité intrinsèque de l’équipe marocaine.

En effet, le  Raja est un adepte du système de jeu sud-américain : un jeu collectif fait de passes courtes et rapides, des une-deux et de petits ponts propres aux Brésiliens. Un  football agréable résolument tourné vers le spectacle et pratiqué par des joueurs pétris de qualités techniques. Toutefois, la défense est parfois poreuse, faute de rigueur tactique.

Pour rappel, c’est l’équipe ayant le plus de titres en Ligue des Champions au Maghreb avec trois sacres en 1989, 1997 et 1999.

A noter également qu’en 2013, le Raja Casablanca, entraîné par Faouzi Benzarti, est le seul club arabe à avoir atteint la finale de la Coupe du monde des clubs.

A l’époque, il avait réalisé un parcours extraordinaire en battant Auckland City FC, CF Monterrey et le brésilien Atlético Mineiro en demi-finale; avant de s’incliner, en tout bien tout honneur, en finale face au Bayern Munich.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here