Réseau des partis démocratiques unis d’Afrique du Nord

Machrou3 Tounes L'Economiste Maghrébin

Une réunion de consultation entre plusieurs formations politiques du Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc, Libye, Mauritanie et Egypte) a lieu les 24 et 25 février à Tanger, au Maroc. L’objectif est de créer un réseau des partis démocratiques unis d’Afrique du Nord.

Voilà que la création officielle du Réseau des partis démocratiques d’Afrique du Nord est annoncée. Cette création voit le jour après l’approbation de sa plateforme politique et  l’établissement de sa direction. Elle est ainsi formée des secrétaires généraux des partis membres. Ce réseau est composé :

  • Des formations algériennes : Rassemblement pour la culture et la démocratie, Front El Moustakbal et Talaie El Hourriyet;
  • Des partis libyens : Harakat El Moustakbal et Libya Al-Omma;
  • Du parti égyptien : Al-Mouatamar;
  • Des formations marocaines : PAM, Union socialiste des forces populaires (USFP), Front des forces démocratiques (FFD), Parti du progrès et du socialisme (PPS) et Parti de l’Istiqlal; en plus de l’Union de la jeunesse socialiste démocratique du monde arabe;
  • Du Rassemblement pour la Mauritanie et de l’Union des forces de progrès (Mauritanie);
  • Du parti Machrou3 Tounes (Tunisie).

Khawla Ben Aïcha, membre du bureau exécutif de Machrou3 Tounes, chargée des relations extérieures, déclare que la création du réseau a été décidée l’année dernière à Monastir, sur initiative de Machrou3 Tounes. Et le meeting de Tanger en est la consécration, avec la rédaction de la feuille de route et la désignation de son leadership, composé des présidents et secrétaires généraux des partis membres.

L’union des parcours politiques divers pour un destin commun

En clair, il s’agit d’établir la coopération convenue et le développement dans le cadre d’une réflexion commune entre les forces politiques. C’est ce qui ressort de cette réunion.  Autrement dit, partager un projet contemporain avec les différentes parties des pays d’Afrique du Nord, dont la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie, la Libye et l’Algérie.

L’autre élément est celui d’associer les parlementaires, les jeunes, les femmes et les diverses composantes des partis du réseau à l’élaboration de plans d’action. 

De son côté, Mohsen Marzouk, secrétaire général du Mouvement Machrou3 Tounes, a mis l’accent sur la diversité de la région. Et l’importance d’unir les formations politiques du Maghreb pour un destin commun, et ce dans l’intérêt de la construction du processus démocratique.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here