L’affaire de l’école coranique: le ministère de l’Intérieur précise

ecole coranique L'Economiste Maghrébin

On ne les voit jamais, mais on en parle. La présence  de l’école coranique est devenue une réalité. C’est dans la journée du  dimanche 3 février que le ministère de l’Intérieur a rendu  public le communiqué, dans lequel, il a mentionné les investigations à propos d’une association coranique suspecte active à la délégation de Regueb (Sidi Bouzid). 

Selon le ministère, cette association héberge un groupe de jeunes et d’enfants se trouvant dans des conditions inadéquates. Selon le communiqué, ces enfants sont maltraités et victimes de traite.

Par ailleurs, les unités sécuritaires ont trouvé 42 enfants âgés entre 10 et 18 ans ainsi que 27 adultes âgés entre 18 et 35 ans se trouvant dans le même internat.

Ces enfants ont quitté les bancs de l’école et sont soumis à des travaux agricoles et de bâtiment, avec  l’intention de leur endoctrinement et leur insertion dans des réseaux terroristes. Le propriétaire de l’école a été, à cet effet, mis en détention pour traite de personnes.   

 Le ministère public a ordonné la prise en charge des enfants dans un centre d’intégration, en leur fournissant un encadrement psychologique et social.

Par ailleurs, le gouverneur de Sidi Bouzid, Anis Dhifallah  ainsi que le délégué de Regueb, ont été démis de leurs fonctions par le chef du gouvernement Youssef Chahed, selon le communiqué de la présidence du gouvernement.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here